La police antiterroriste accusée de tortures

©2006 20 minutes

— 

Le ministère de l'Intérieur s'est déclaré très étonné et l'inspection générale de la police nationale (IGPN) est à pied d'oeuvre

Dix-huit policiers ont en effet été entendus par l'inspection générale de la police nationale après la parution d'un livre accusant des policiers antiterroristes d'avoir torturé des suspects en 1995, a indiqué hier la direction générale de la police nationale (DGPN)

L'enquête administrative a été ouverte jeudi, jour de parution de Place Beauvau,la face cachée de la police (Robert Laffont)

Selon le livre, quatre suspects dans les enquêtes sur les attentats de 1995 auraient été torturés, dont deux à l'aide d'une arme d'autodéfense délivrant des décharges électriques

Dix fonctionnaires interrogés étaient à l'époque en poste à Lyon et huit à Paris, à la 6e division de la direction centrale de la police judiciaire (ancêtre de la direction nationale antiterroriste)

Tous se sont dits « scandalisés » par ces accusations

Claude Guéant, aujourd'hui directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur et patron de la DGPN en 1995, est en première ligne

Il s'est déclaré « stupéfait » et a nié avoir eu connaissance de tels faits

Selon un policier cité hier par Le Journal du Dimanche, « tout le monde a vu ou entendu quelque chose, mais personne ne dira rien »

S C
livre Jean-Michel Decugis, Olivia Recasens et Christophe Labbé, journalistes au Point, font témoigner cinq policiers auteurs ou témoins anonymes de tortures.