Le «Clemenceau» amarré à la justice indienne

©2006 20 minutes

— 

Le dénouement approche

La Cour suprême indienne devrait se prononcer aujourd'hui sur le sort du Clemenceau, parti de France le 31 décembre

Elle examine en effet le dossier de sa commission de contrôle et doit décider si le désamiantage et le démantèlement du navire auront bien lieu sur un chantier d'Alang (Gujarât, ouest de l'inde)

Des interventions qui doivent être conformes à la convention de Bâle sur les déchets dangereux et aux lois indiennes sur l'environnement

Point controversé : la quantité d'amiante

Hier, le ministère de la Défense affirmait ne pas être sûr que cette décision soit rendue publique aujourd'hui

Greenpeace, qui s'oppose au désamiantage en Inde, estime que la Cour suprême pourrait « prendre quelques jours avant de se prononcer sachant que le dossier complet lui a été remis vendredi et qu'il y a d'autres dossiers prévus à l'ordre du jour »

Cette décision mettrait fin au feuilleton du navire, déjà bloqué une dizaine de jours en Egypte

En fin de semaine dernière, le gouvernement français attendait avec une relative confiance la décision indienne, sept experts de la commission étant favorables à l'arrivée de l'ex-porte-avions et trois opposés

En cas de refus, le navire, qui se trouve très au large des eaux territoriales indiennes, devrait rebrousser chemin vers son port d'attache, Toulon

Un énorme camouflet diplomatique

C'est pourquoi la visite officielle en Inde de Jacques Chirac dimanche prochain risque de peser dans la balance, d'autant que le pays hôte examine l'achat de sous-marins franco-espagnols pour une valeur d'un milliard d'euros

Arnaud Sagnard

feuilleton juillet 1997 Le Clemenceau est désarmé, après trente-six ans de service. octobre 2003 Echec de sa vente à une société espagnole. novembre 2004 Un 1er désamiantage débute à Toulon. janvier 2006 Après dix jours de tractations, l'Egypte autorise le porte-avions à traverser le canal de Suez. Entre-temps, l'Inde refuse à l'ex-porte-avions l'accès à ses eaux territoriales avant la décision de sa Cour suprême sur le désamiantage.