Total : quatre pompistes accusés d'avoir truqué des pompes à essence

© 2011 AFP

— 

Quatre pompistes ayant travaillé dans des stations Total sont poursuivis pour avoir truqué en 2008 des pompes à essence en région parisienne et avoir détourné du carburant, pour un montant de 250.000 à 300.000 euros, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

"José", un homme d'une cinquantaine d'années, a réussi à "détourner durant plusieurs mois le système d'alimentation d'essence de Total", explique à l'AFP Me Pascal Garbarini, avocat de José, confirmant une information du Parisien.

"Très inventif", selon son avocat, ce pompiste a également pu "détourner le système de contrôle", aidé par des amis, complices, dans deux stations-service à Melun et Esbly en Seine-et-Marne.

Ces personnes ont "détourné cinq pour cent du carburant qu'ils vendaient", grâce à des "instruments de mesures trafiqués", une "double comptabilité" et des pompes faussement en panne, explique Me Garbarini.

Pendant des mois, les quatre complices parviennent à détourner du carburant pour un montant qui s'élève entre "250.000 et 300.000 euros", selon une source judiciaire.

Mais en juin 2008, le système de fraude est découvert à la suite d'une "lettre anonyme", selon l'avocat.

"Dès la confirmation de cette fraude, Total Raffinage Marketing a porté plainte contre X et a rompu, le 16 juillet 2008, le contrat qui la liait à cette SARL", souligne une porte-parole de Total.

Il s'agissait "en l'espèce d'un système de fraude inconnu et très sophistiqué et qui, suite au retour d'expérience réalisé, n'est plus susceptible d'intervenir grâce au renforcement des contrôles réguliers effectués en station tant par Total Raffinage Marketing que par les agents de l'Etat", assure cette porte-parole.

Total souligne que "ces stations étaient exploitées par une société indépendante, employant du personnel propre, et commercialisant du carburant fourni par Total".

Pour l'instant, le dossier est "toujours à l'instruction", indique pour sa part le parquet qui a confirmé avoir "rendu ses réquisitions le 6 janvier, visant au renvoi des mis en cause devant le tribunal correctionnel".

Le juge d'instruction "rendra sa décision dans les semaines à venir", ajoute le parquet.

La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a elle immédiatement tenu à rassurer les consommateurs, annonçant dans un communiqué avoir lancé récemment "une campagne nationale de contrôle des pompes à essence".

"Environ 2.600 stations-service réparties sur l'ensemble du territoire ont ainsi été contrôlées de manière inopinée au second semestre 2010 pour vérifier l’exactitude des quantités de carburants délivrées", selon le texte.

Selon le ministère, "le résultat des essais réalisés est satisfaisant puisque 96,3 % des 24.000 pompes contrôlées se sont révélées conformes, soit une amélioration de deux points par rapport à la précédente opération de cette envergure menée en 2005".

Le ministère ne précise pas en revanche quels étaient les dysfonctionnements relevés sur les pompes jugées non conformes.