Retards et incertitudes pour les passagers au départ de la gare du Nord

© 2010 AFP

— 

Transis de froid, les yeux rivés sur les tableaux d'affichage: une foule de passagers attendait dans l'incertitude, vendredi après-midi, gare du Nord, le départ de trains retardés par la neige et le froid, à quelques heures du réveillon de Noël.

"Ils ont annoncé il y a deux heures que mon train avait un retard de quinze minutes", déplore Catherine de Seynes-Bazaine, 80 ans.

"Je ne tiens plus debout", soupire la dame, assise à même le sol, un foulard mauve noué autour de ses cheveux blancs et un gros cabas entre les jambes.

"Je me rendais à La Haye (Pays-Bas) pour l'anniversaire de mon fils et pour les fêtes", explique-t-elle.

Derrière elle, une foule dense et compacte scrute le panneau des départs de la gare du Nord, qui annonce à 15h00 (14h00 GMT) 9 trains en retard sur 19 annoncés. Les passagers assis, pour certains l'air résignés, attendent des renseignements, tandis que les points d'informations sont pris d'assaut.

La SNCF, qui attend environ deux millions de voyageurs ce week-end, dont 800.000 vendredi, a annoncé des retards dans le nord et le sud-est de la France en raison du froid qui oblige les trains à ralentir en deçà de 170 km/h, tandis que le trafic à l'ouest et au sud est globalement normal.

600 personnes sont mobilisées en plus de l'ordinaire pour veiller à l'état des infrastructures et du matériel et, dans les gares, 400 personnes supplémentaires, dont 200 volontaires, sont disponibles pour informer les voyageurs.

"Je manque complètement d'informations, regrette toutefois Mme de Seynes-Bazaine. Un agent SNCF m'a dit : +Vous n'avez qu'à écouter les informations qui passent dans les haut-parleurs+". Au même moment, une annonce est diffusée, inaudible: "Vous y comprenez quelque chose ?", demande t-elle, dubitative.

"Je devais arriver à 13h00 (12h00 GMT) à Boulogne-sur-Mer, mais si j'y suis ce soir à 20h30 (19h30 GMT), ça sera bien", déclare dans un sourire Patrice, un mécanicien de 49 ans. "Mon avion au départ de Toulon a été annulé, j'ai pris le suivant qui a été retardé. Du coup, au lieu d'arriver à 8h à Paris, je suis arrivé vers 12h15. Je suis un petit peu inquiet".

Il indique du doigt un train se situant derrière lui: "Il y a celui-là qui devait partir à 14h19 (13h19 GMT), mais il est toujours là. Mais bon, ajoute t-il, de toute manière manière on ne peut rien contre la météo".

Assise sur un banc, en retrait de la foule, Marie-Louise Bathéngé, 30 ans, et ses trois enfants en bas âge ont l'air un peu perdus: "J'avais un billet pour le train vers Lille de 12h25 (11h25 GMT), je comptais passer les fêtes là-bas", affirme cette mère en congé maternité, alors que son bébé, entouré d'une couverture, pleure sur ses genoux. "Le train a été annulé, et maintenant il n'y a en a plus pour Lille".

L'air résigné, elle observe un panneau sur lequel presque tous les trains sont annoncés en retard: "Je n'ai pas d'informations, et donc je ne sais pas trop quel train je vais prendre".

A 15h35 (14h35 GMT), pourtant, une annonce enfin audible passe. Les voyageurs vers Lille peuvent gagner leurs places dans l'un des trains. Une partie de la foule s'ébroue et rejoint la rame à l'attente sur le quai.

La place laissée vide est tout de suite remplie par de nouveaux voyageurs. 16h30 (15h30 GMT), ce sont désormais 14 trains qui sont annoncés en retard, alors que le réveillon de Noël se rapproche.