Neige, verglas: Pagaille monstre dans les aéroports, difficultés sur les routes

TRANSPORTS Pour Thierry Mariani, «ce n'est pas la pagaille dans les trains, ce n'est pas la pagaille sur les routes»...

© 2010 AFP

— 

Des voyageurs tentent de dormir à Roissy en attendant un avion le 24 décembre 2010.
Des voyageurs tentent de dormir à Roissy en attendant un avion le 24 décembre 2010. — AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA

Des centaines de vols annulés à Roissy et des milliers de passagers coincés, des routes coupées dans le nord et l'est et des trains retardés: la veille et le réveillon de Noël s'annoncent très difficiles dans les transports désorganisés par la neige et le gel. Symbole le plus marquant de cette pagaille: dans la nuit de jeudi à vendredi, quelque 2.000 personnes ont dormi -ou tenté de le faire- dans les aérogares transformées en dortoirs géants de l'aéroport francilien de Roissy-Charles de Gaulle, le troisième en Europe, dont le trafic avait déjà été perturbé par la neige les 16 et 17 décembre.

Au vu de la neige et du froid, la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a déjà annulé 400 vols (essentiellement des court et moyen-courriers) sur les 1.160 prévus vendredi à Roissy. Soit environ 60.000 personnes concernées. Des retards importants de vols étaient signalés, alors que l'affluence est forte et les stocks de glycol -liquide servant à dégivrer les avions- au plus bas.

La «loi des séries»

Le secrétaire d'Etat aux Transports Thierry Mariani, qui s'était rendu à Roissy la nuit dernière avec sa ministre de tutelle Nathalie Kosciusko-Morizet a évoqué des «problèmes de dégivrage» dus à la qualité de la neige et aux faibles stocks de glycol, pour justifier l'annulation de la moitié des vols à Roissy jusqu'à 13h. Cette réduction avait été réclamée jeudi soir par la DGAC. Une journaliste de l'AFP a également constaté des annulations et retards, parfois de plusieurs heures, à Orly.

Thierry Mariani a souligné que «les aéroports en sont à la troisième vague de froid» et que toutes les plateformes européennes «se sont jetées sur le glycol». Il a déploré une «loi des séries», la principale usine fabriquant ce produit en France (à Fos-sur-Mer) étant en grève. D'après des sources aéroportuaires, un avion est arrivé à Roissy à 08h35 de Charlotte (Etats-Unis) avec des stocks de glycol. Des camions venant d'Allemagne devaient acheminer ce produit dans l'après-midi. Dans les terminaux 2E et 2F de Roissy, des files d'attente dépassaient parfois 100 m aux comptoirs.

Deux millions de personnes attendues dans les gares

«Tout le monde se renvoie la balle, la compagnie, la direction de l'aéroport. On nous a fait marcher toute la journée dans l'aérogare sans prendre en considération le fait que je suis enceinte», a protesté, les larmes aux yeux, Malika Talhaoui, 25 ans. Sur les rails, la SNCF prévoit de faire circuler tous ses trains pour Noël, mais des retards sont prévisibles dans l'est et le sud-est en raison de la neige.

Environ deux millions de voyageurs sont attendus ce week-end dans les gares, dont 800.000 vendredi. La SNCF a augmenté de 30% la capacité des TGV, qui seront quasiment tous complets. «Ce n'est pas la pagaille dans les trains, ce n'est pas la pagaille sur les routes», a assuré Thierry Mariani sur France Inter.

Orange aussi sur les routes

Sur les routes, le week-end de Noël est classé orange dans le sens des départs en Ile-de-France, où la circulation était «fluide» vers 10h30, selon Bison Futé. Toutefois, en Seine-et-Marne, on signalait beaucoup de difficultés sur la N3, la N2 et plusieurs axes secondaires étant coupés, selon la préfecture qui déconseille «fortement» le réseau secondaire. Une soixantaine de personnes ont dormi dans un gymnase à Dammartin-en-Goële.

Le trafic était difficile, voire impossible sur certains axes secondaires du Nord, de la Somme, du Pas-de-Calais et de l'Aisne, où quelque 800 personnes ont été hébergées en urgence. Dans la Somme, une quarantaine de passagers d'un train ont passé une partie de la nuit dans leur wagon.