Condamnation de policiers à Bobigny: magistrats et policiers appellent au dialogue

© 2010 AFP

— 

Les deux syndicats majoritaires de magistrats et policiers ont appelé conjointement vendredi à l'organisation d'une table ronde police-justice, en réaction à la nouvelle polémique déclenchée il y a une semaine par la condamnation de policiers à Bobigny.

L'Union Syndicale des Magistrats (USM) et le Syndicat National des Officiers de Police (SNOP) entendent ainsi "mettre fin aux critiques et polémiques permanentes entre acteurs d’une même chaine pénale, et retrouver la sérénité indispensable à la sécurité et à la justice", ont-ils expliqué dans un communiqué commun.

Cette table ronde serait placée sous l'égide du Premier ministre François Fillon, et réunirait, avec les ministres de la Justice et de l'Intérieur Michel Mercier et Brice Hortefeux, les représentants de tous les syndicats de policiers et magistrats, ainsi que ceux de la gendarmerie, ont-ils proposé.

"Il n’est plus possible que des polémiques stériles et des critiques inopportunes, fondées sur de purs calculs politiques, sapent constamment l’autorité de l’Etat, au plus grand bénéfice des délinquants", ont-ils estimé, rappelant que "policiers et magistrats poursuivent un travail commun".

L'USM avait déjà appelé lundi à la tenue d'une telle table-ronde. Le SNOP s'est joint à cette initiative à l'occasion d'une rencontre jeudi après-midi des deux syndicats, prévue de longue date pour parler du projet de réforme de la garde à vue.

La condamnation vendredi dernier à de la prison ferme de sept policiers de Seine-Saint-Denis accusés d'avoir menti, qualifiée de "disproportionnée" par Brice Hortefeux, avait déclenché une polémique politique et relancé les tensions entre policiers et magistrats.

Lundi, François Fillon était intervenu pour mettre fin à la discorde, jugeant les délits commis par les policiers condamnés à Bobigny "injustifiables" tout en rappelant la justice à son "devoir d’assurer la cohérence de la chaîne pénale tout entière".