La Défense va accueillir la plus haute tour de bureaux de France

© 2010 AFP

— 

L'autorisation donnée vendredi de lancer le projet de la tour Phare, qui sera en 2016 la plus haute tour de bureaux en France avec 300 m, prouve, malgré la crise, la vitalité de La Défense, le plus grand quartier d'affaires européen. «Les grands principes d'un accord technique et financier visant à concrétiser le projet de la tour Phare (300 m, 69 niveaux de bureaux), ont été signés vendredi par l'Etablissement public d'aménagement de la Défense Seine-Arche (Epadesa) et la foncière Unibail Rodamco», a indiqué à l'AFP son PDG Guillaume Poitrinal.

«Cette décision prouve la confiance du groupe dans l'avenir de La Défense et notre volonté de convaincre les entreprises de l'avantage du lieu à cause de la connexion avec les transports, malgré une demande qui est actuellement modeste», souligne le PDG du groupe. Pour Poitrinal «la région parisienne manque de surfaces de bureaux de grande qualité et de grande efficacité énergétique et économique».

Le démarrage des travaux devrait avoir lieu début 2012, une fois que les recours contre le permis de construire, déposé en mars dernier, auront été purgés. Au sommet de l'édifice, oeuvre de l'architecte américain Thom Mayne, devrait être édifié un restaurant gastronomique qui, selon les voeux de Poitrinal, «devrait être l'établissement étoilé le plus haut du monde».

Phare (147.000 m2 dont 2.500 m2 de commerces), avec trois piliers, comprendra deux corps de bâtiments, la Tour et le Trapèze, ainsi nommé en raison de sa forme. Situé entre le Cnit et l'université Léonard de Vinci, il enjambera la passerelle de liaison entre le faubourg de l'Arche et la Défense. Dotée d'une double peau en inox, il permettra, selon M. Poitrinal, de diminuer de 50% l'impact des effets du soleil.

Unibail-Rodamco, leader européen de l'immobilier commercial, espère également recevoir prochainement son permis de construire pour une autre tour à La Défense, appelée Majunga (63.035 m2).

Les tours Signal et Majunga font partie du «plan de relance» de La Défense, décidé en 2006 par Nicolas Sarkozy, alors président du conseil général des Hauts-de-Seine, qui prévoyait la création de 450.000 m2 de bureaux supplémentaires et 100.000 m2 de logements d'ici 2015, via la démolition de cinq tours appelées à être reconstruites nettement plus haut et l'édification de sept nouvelles tours.

Jusqu'à présent seul le projet de la tour Signal (301 m de haut, près de 100 étages de bureaux et d'habitations) de l'architecte Jean Nouvel est officiellement abandonné, faute d'investisseurs.

Deux projets de tours ont été approuvés en juillet dernier: Air 2 (220 m) du fonds américain Carlyle Group, et les tours mixtes Hermitage Plaza associant logements, bureaux, hôtel et commerces sur le modèle nord-américain. Celles-ci devraient culminer à 323 m mais seront constituées d'un minorité de bureaux.

La Défense, située principalement sur les communes de Puteaux et Courbevoie (Hauts-de-Seine), représente actuellement trois millions de m2 de bureaux et abrite 2.500 entreprises, dont 1.200 sièges sociaux, où travaillent quelque 150.000 salariés et où résident 20.000 habitants.