Une vieille dame est secourue par les pompiers à Cherbourg après les violentes inondations du 5 décembre 2010.
Une vieille dame est secourue par les pompiers à Cherbourg après les violentes inondations du 5 décembre 2010. — JEAN-PAUL BARBIER/AFP

CLIMAT

La fonte des neiges provoque des inondations «historiques» à Cherbourg

Les réseaux de téléphonie mobile sont fortement perturbés...

La fonte des neiges mêlée aux précipitations et à la marée haute a provoqué dimanche matin des inondations qualifiées d'«historiques» selon le maire à Cherbourg où une centaine d'habitants ont été évacués. «C'est la première fois que l'on a ça à Cherbourg, c'est historique, du jamais vu», a assuré à l'AFP le député-maire de la ville, Bernard Cazeneuve (PS).

Une montée des eaux de 2m

Selon le maire, l'eau, qui a débordé de la Divette, un fleuve côtier, et a envahi l'avenue de Paris et les voies SNCF, interrompant le trafic, est montée à certains endroits à 1,20m, voire 2m. «Il y a eu des maisons complètement inondées, une centaine de personnes ont été évacuées», a-t-il ajouté. Une dizaine de personnes sinistrées ont été accueillies dimanche matin dans l'auberge de jeunesse de la ville mais seulement quatre devaient y passer la nuit dimanche soir, selon la mairie.

Une coulée d'eau impressionnante a transformé dans la matinée l'avenue de Paris en torrent, recouvrant parfois entièrement les véhicules, selon des témoins. Une centaine d'habitations ont été touchées et de nombreux habitants ont été privés d'électricité et de téléphone fixe tandis que sur Cherbourg les réseaux de téléphonie mobile étaient fortement perturbés.

Selon la préfecture de la Manche, outre l'avenue de Paris, un quartier de La Glacerie, commune voisine de Cherbourg située aussi le long de la Divette, a été touché. Les pompiers de la Manche, renforcés par leurs voisins du Calvados, soit environ 150 hommes, ont réalisé plus de 200 interventions pour des inondations de locaux, garages ou caves et des opérations de pompage étaient en cours en l'après-midi, ont-ils précisé.

Seulement deux personnes blessées légèrement

«Nous allons assurer l'accueil des habitants qui ne peuvent pas rentrer chez eux jusqu'à ce qu'ils trouvent une solution de relogement et nos services vont arriver dans les heures à venir pour commencer à nettoyer les habitations qui ont été touchées», a assuré Cazeneuve.

Dans l'après-midi les habitants sinistrés tentaient de nettoyer les dégâts tout en commençant à calfeutrer les ouvertures en prévision de la prochaine marée haute, craignant une nouvelle montée des eaux. Les pompiers ont commencé en fin d'après-midi des reconnaissances sur place dans l'éventualité de la nécessité de mettre en place un dispositif en cas de nouvelle montée des eaux.

Selon les gendarmes, aucun axe principal n'a été inondé dans le nord-Cotentin, où les inondations, qui se sont étalées de Cherbourg à Carentan et Périers, ont affecté uniquement les axes secondaires. Dans l'Ouest d'autres inondations, de moindre ampleur, ont aussi frappé le secteur de Lannion et de Perros-Guirec, dans les Côtes d'Armor, nécessitant l'intervention de pompiers pour des caves et sous-sols inondés, selon les pompiers.

Le Pas-de-Calais, seul département qui restait encore placé en vigilance orange dimanche matin par Météo France en raison des risques de verglas et de crue, a quitté le dispositif à la mi-journée, a annoncé Météo France.

Cette levée de vigilance marque la fin d'une semaine d'intempéries qui ont marqué la France avec des épisodes neigeux et de verglas qui avaient débuté le 25 novembre sur l'Ouest de la France avant de provoquer d'importantes perturbations de circulation dans le pays.