Tabac: les buralistes veulent bloquer la frontière avec l'Espagne

© 2010 AFP

— 

La décision de la France de mettre fin aux restrictions d'achat de tabac à l'étranger suscite la colère des buralistes qui craignent de voir leurs clients s'approvisionner en Belgique ou en Espagne et ont décidé samedi de premières actions de protestation.

La France va supprimer du Code général des impôts l'interdiction pour les particuliers d'acheter à l'étranger plus de cinq (voire, sous conditions, dix) cartouches de cigarettes, à la demande de Bruxelles, au nom de la libre circulation des marchandises. La proposition a été présentée le 17 novembre en conseil des ministres.

Les buralistes unis craignent que leurs clients se détournent et s'approvisionnent en Belgique ou en Espagne, où le tabac est moins taxé et donc moins cher. Ils ont annoncé samedi de premières actions pour protester contre cette décision.

"Nous allons bloquer tous les dimanche du mois de décembre, et à partir du 5 décembre, la circulation de tous les véhicules vers et en provenance de l'Espagne tout le long de la frontière, du Perthus (Pyrénées-Orientales) au pays basque", a déclaré Gérard Vidal, président des débitants de tabac de Midi-Pyrénées (sud-ouest) et des buralistes frontaliers de la France entière.

Les buralistes demandent une "politique d'harmonisation des prix" dans l'UE. En Espagne, en Belgique ou au Luxembourg, les cigarettes se vendent 20 à 30% moins cher que dans le réseau des 28.000 buralistes en France.

Pour des raisons de santé publique, la fin des restriction suscite aussi la réprobation des autorités.

"Il y a des décisions qui n'enchantent guère les responsables publics et politiques: cette décision nous sommes obligés de l'appliquer faute de quoi la France sera condamnée sans aucun doute par la Cour de justice des communautés européennes", a déclaré cette semaine à l'Assemblée nationale le ministre de la Santé, Xavier Bertrand.

Cette restriction avait été mise en place en 2006 pour limiter les achats transfrontaliers multipliés en 2004 après des augmentations de prix d'environ 40% en France.