Affaire Bettencourt: une nouvelle procédure pour abus de faiblesse

JUSTICE A Nanterre, de nouveau...

© 2010 AFP

— 

La mise sous tutelle de Liliane Bettencourt est désormais envisagée par la justice.
La mise sous tutelle de Liliane Bettencourt est désormais envisagée par la justice. — NIVIERE / SIPA

Une semaine après la décision de la Cour de cassation de transférer l'intégralité de l'affaire Bettencourt à Bordeaux, une nouvelle procédure pour abus de faiblesse sur la milliardaire est examinée jeudi à Nanterre par la juge Isabelle Prévost-Desprez.

Lors de cette audience, la présidente de la 15e chambre du tribunal correctionnel de Nanterre va fixer le montant de la consignation de cette nouvelle citation directe, c'est-à-dire la somme devant être payée par la fille unique de Liliane Bettencourt pour enclencher la procédure.

Sauf coup de théâtre, seule une jonction avec le premier volet d'abus de faiblesse, dépaysé à Bordeaux, demandée par les parties, pourrait pimenter cette audience de pure forme.

Comparution de François-Marie Banier

Dans cette nouvelle citation directe, l'artiste François-Marie Banier, déjà poursuivi dans cette affaire, devra comparaître pour s'«être fait désigner légataire universel» de l'héritière de L'Oréal, pour «avoir détourné la propriété de l'île d'Arros qui appartenait à la milliardaire» et avoir obtenu le transfert de 20 millions d'euros ainsi qu'un legs de 75 millions d'euros. Il est également accusé d'avoir extorqué un milliard d'euros de dons à l'octogénaire, grâce à son emprise psychologique.

Le gestionnaire de la fortune de l'héritière de l'Oréal, Patrice de Maistre, est poursuivi pour avoir obtenu «les fonds nécessaires à la réalisation d'un projet d'acquisition d'un voilier», une «donation de 5 millions d'euros», et être le complice de l'écrivain.

L'avocat fiscaliste Fabrice Goguel est accusé d'avoir aidé M. Banier, notamment dans le transfert de l'île d'Arros.