Molex: le curé de Villemur-sur-Tarn accueille les salariés à la messe

© 2010 AFP

— 

Le curé de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne) rendra hommage dimanche au combat des 283 anciens salariés de l'usine française du groupe américain Molex, placée jeudi en liquidation judiciaire, en les accueillant dans son église lors de la messe dominicale.
Le curé de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne) rendra hommage dimanche au combat des 283 anciens salariés de l'usine française du groupe américain Molex, placée jeudi en liquidation judiciaire, en les accueillant dans son église lors de la messe dominicale. — Pascal Pavani AFP/Archives

Le curé de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne) rendra hommage dimanche au combat des 283 anciens salariés de l'usine française du groupe américain Molex, placée jeudi en liquidation judiciaire, en les accueillant dans son église lors de la messe dominicale.

"La doctrine sociale de l'Eglise place l'homme au coeur de l'économie", a expliqué le père Philippe Bachet à l'AFP. "Le conflit des Molex, qui dépasse largement Villemur dans la manière dont il a été mené, est porteur des dysfonctionnements de notre société" qui "a besoin de rétribuer davantage les actionnaires", a-t-il dénoncé.

Patrick Frégolent, président de l'association solidarité Molex, l'association des anciens salariés, a précisé que des banderoles seraient placées dans l'église tandis que sont prévues des "prises de parole" d'anciens employés. Des salariés de la Mie occitane de Villemur-sur-Tarn, un fabriquant de biscottes et de pâtes qui vient d'échapper à la fermeture grâce à un repreneur espagnol, participeront également à cette initiative organisée par le mouvement chrétien Action catholique ouvrière, a-t-il précisé.

"Les anciens salariés de l'usine Molex veulent montrer que leur lutte reste toujours un combat juste contre l'immoralité du capitalisme sauvage", a déclaré M. Frégolent.

L'entreprise est revenue sur le devant de la scène jeudi lorsque le tribunal de commerce de Paris a prononcé la liquidation judiciaire de Molex Automotive SARL.

L'usine de Villemur-sur-Tarn avait fermé ses portes en octobre 2009 après 11 mois de lutte des salariés.

La messe sera célébrée deux ans quasiment jour pour jour après une journée ville morte organisée le 6 novembre 2008 dans cette localité de 5.500 habitants, jour de l'annonce officielle du plan de fermeture, a noté pour sa part Denis Parise, ancien secrétaire CGT du CE. S'il ne sera pas présent dimanche car "moi et l'Eglise ça fait deux", il souligne que le père Bachet "a toujours été solidaire des Molex".

Le groupe américain, implanté dans l'Illinois, a cessé début octobre de financer le plan social de l'usine, en réponse à une plainte déposée aux prud'hommes par près de 200 salariés qui contestent leur licenciement économique et réclament 25 millions d'euros.

Dans un contexte de désindustrialisation, Molex est devenu un symbole de ces entreprises jugées rentables et viables, mais sacrifiées sur décision étrangère au nom d'une logique financière globale échappant au personnel.