Plastiques et pesticides dans les veines

© 20 minutes

— 

De quoi se faire du mauvais sang. L’ONG écologiste, WWF France, a présenté, hier, les résultats inquiétants d’une enquête menée pour la première fois sur treize familles de douze pays européens. Chaque génération (grands-parents, parents, enfants, âgés de 12 à 92 ans) a subi des tests pour déterminer les substances chimiques présentes dans leur sang. En tout, 73 produits chimiques dangereux ont été détectés chez les différents membres. Les enfants sont en moyenne plus contaminés que leurs parents – 59 produits détectés contre 49 – et les grands-parents gardent dans leur sang des produits interdits depuis plusieurs années, ce qui prouve leur persistance. Liste noire La liste noire du WWF France fait un inventaire de pesticides, de retardateurs de flamme bromés, de phtalates, du Bisphénol A, de composants perfluorés... Des substances qu’on retrouve pour certaines dans les téléviseurs, les ordinateurs, les tapis, les mousses d’isolation ; pour d’autres dans des cosmétiques, des adhésifs, du PVC souple (jouets, emballages), et même dans des tétines de biberon en plastique. Ces produits toxiques sont soupçonnés de provoquer des cancers, des dérèglements hormonaux ou reproductifs, des diminutions du taux de sperme, des dommages au foie, des allergies... Quels effets ? Difficile de connaître leurs effets sur la santé à faible dose sur l’organisme. Les études toxicologiques manquent pour de nombreux produits pourtant commercialisés depuis des dizaines d’années. Sur 100 000 en vente sur le marché européen, à peine 3 000 ont été étudiés. Pire, 30 000 sont vendus à plus d’une tonne par an sans aucun contrôle. Bruxelles doit se pencher sur le sujet, mais les lobbies industriels tentent d’empêcher tout durcissement des réglementations. « Nous sommes à l’aube d’une véritable catastrophe sanitaire, estime cependant Daniel Richard, président de WWF France. La plupart de ces produits persistent dans l’environnement et s’accumulent dans les organismes humains. Si rien ne se passe, on sait déjà qu’un homme sur deux aura un cancer dans sa vie dans les prochaines années, dont 80 % seront liés à l’environnement. » Bastien Bonnefous