Chute d'un bébé du 7e étage: les parents en garde à vue

© 2010 AFP

— 

Les parents du garçonnet ayant survécu à une chute du 7e étage lundi à Paris ont été déférés mercredi au parquet, qui les a convoqués devant un tribunal qui les jugera pour "délaissement et blessures involontaires par manquement à la sécurité", selon une source judiciaire.
Les parents du garçonnet ayant survécu à une chute du 7e étage lundi à Paris ont été déférés mercredi au parquet, qui les a convoqués devant un tribunal qui les jugera pour "délaissement et blessures involontaires par manquement à la sécurité", selon une source judiciaire. — Miguel Medina AFP

"Un miracle": le mot était sur toutes les lèvres mardi dans le quartier populaire du XXe arrondissement parisien où un petit garçon de 18 mois est sorti indemne la veille d'une chute du 7e étage, rattrapé au vol par un passant après avoir rebondi sur l'auvent d'un café.

Les parents de l'enfant, placés en garde à vue lundi soir, se trouvaient toujours mardi à la brigade de protection des mineurs. Leur garde à vue a été prolongée de 24 heures dans la soirée, selon une source judiciaire.

Gaby, barman du bar-tabac "Le Vincennes", regarde les journalistes s'agiter autour de son établissement surmonté d'un auvent en tissu rouge déchiré sur une dizaine de centimètres: c'est le point d'impact du bébé après sa chute, lundi. "Un vrai miracle", commente-t-il, car "on était fermés hier", jour de la Toussaint. "Le système mécanique pour remonter l'auvent ne marchait pas et donc je ne l'avais pas remonté, comme on le fait normalement lorsqu'on est fermé".

L'enfant est tombé vers 17H00 du balcon de l'appartement familial, où il était seul avec sa soeur. Il a rebondi sur l'auvent, avant d'être rattrapé par un habitant du quartier, le docteur Philippe Bensignor. "Mon fils me regardait, donc il regardait vers le haut, et il s'est aperçu qu'un petit garçon se trouvait au bord de la balustrade, sur le balcon. Il avait même passé la balustrade et jouait au bord du vide", raconte-t-il à l'AFP.

L'enfant tombe, "et là je me suis dit +il ne faut pas que je le rate+. J'ai eu le temps de bouger d'un côté à l'autre pour bien me placer", explique-t-il. L'auvent amortit la chute, "juste où il fallait car il n'y avait pas de barre métallique sous la toile à cet endroit", et "je l'ai rattrapé dans mes bras". "Le petit n'avait rien. Il a pleuré un tout petit peu, mais s'est calmé tout de suite. Puis il s'est rapidement endormi", narre M. Bensignor. "J'étais vraiment au bon endroit, comme n'importe qui aurait pu l'être", ajoute modestement le médecin.

"Partis se promener", selon une source proche de l'enquête, les parents sont rentrés "deux heures après", d'après Samia Benmoussa, une voisine du 3e. "Quand ils sont arrivés, les pauvres, on était là pour leur annoncer la nouvelle. (...) Mon mari a dit +voilà, il ne faut pas paniquer. La police a emmené vos enfants. Votre fils, il est tombé du 7e, il est vivant+".

"Le père était en état de choc, il pleurait avec sa femme", se rappelle la jeune maman - son bébé est âgé d'à peine une semaine. "C'est des voisins gentils", précise la jeune femme, qui appelle à "ne pas accuser sans savoir".

Elle a peut-être évité une seconde chute, celle de la soeur du bébé miraculé, âgée de trois ans.

Lundi, "c'était vraiment la panique en bas" juste après la chute du bambin, raconte-t-elle: "je ne comprenais ce qui se passait. J'ai sorti la tête par la fenêtre et quelqu'un m'a crié +au 7e étage, il y a une fillette au balcon et elle va tomber+". "Mon frère était avec moi, je lui ai dit: il faut monter+".

Malgré des coups de sonnette répétés, personne n'ouvre : derrière la porte, "on entendait une petite fille qui pleurait". Son frère monte au 8e, se laisse glisser par la fenêtre d'un voisin sur le balcon du 7e. "Pendant ce temps, je parlais à la fillette à travers la porte", poursuit Samia Benmoussa.

"Mon frère a finalement ouvert la porte. Je suis entrée, j'ai pris la fillette, qui pleurait, dans mes bras et je lui ai demandé +il est où ton frère?+ Elle a dit +mon frère, il est tombé+. J'ai paniqué".

Comme tout le quartier, elle conclut: "c'est un miracle".