Burgaud laborieux, à l'image de son instruction

©2006 20 minutes

— 

On ne sait toujours pas précisément comment l'affaire d'Outreau a tourné au désastre

Tellement attendue – trop peut-être –, l'audition du juge Fabrice Burgaud n'a pas donné de nouvel éclairage sur les dysfonctionnements de la machine judiciaire dans cette affaire de pédophilie

C'est surtout la personnalité de ce magistrat de 34 ans qui continue de susciter des interrogations

Autant les acquittés ont décrit un juge cassant, inflexible et pétri de certitudes, autant hier, Fabrice Burgaud est apparu ému mais surtout brouillon, laborieux, parlant d'une voix blanche, hésitante et répondant souvent à côté des questions posées

« J'estime avoir effectué honnêtement mon travail sans aucun parti pris et en examinant les éléments qui étaient au dossier à l'époque en 2001 et 2002 », a répété Fabrice Burgaud

Pour défendre la manière dont il a conduit son instruction, le magistrat a avancé plusieurs arguments : l'émotion suscitée par les violences subies par les enfants dans un contexte médiatique marqué par l'affaire Dutroux, les vérifications qu'il assure avoir diligentées, et surtout les validations faites en cours d'enquête par sa hiérarchie

« Personne ne m'a dit à l'époque que je faisais fausse route, ni le procureur de la République, ni le procureur général, ni la chambre de l'instruction », a expliqué le juge

« Aurais-je pu agir différemment ? Avec le recul et la connaissance a posteriori que l'on a de l'affaire, certainement », analyse-t-il, sans aller jusqu'à s'excuser

Sauf que certaines failles dans le dossier étaient bien visibles au cours de l'enquête, notamment après un certain nombre de vérifications et d'investigations conduites par le juge lui-même

Les éléments en sa possession nécessitaient-ils dès lors de maintenir autant de personnes en détention ? « J'ai estimé qu'il y avait des indices graves et concordants », n'a cessé de répondre le juge

Une défense se révélant très insuffisante à mesure que les questions des députés se faisaient virulentes

« C'est l'expérience de la vie qui semble vous avoir manqué », a déclaré au juge Léonce Deprez (député UMP du Pas-de-Calais)

Car c'est peut-être le principal enseignement de cette journée d'audition : Fabrice Burgaud était trop jeune et inexpérimenté dans sa fonction pour faire la part entre les doutes de l'enquête et ses certitudes

David Carzon