Villepin écoute aussi «ceux qui ne manifestent pas»

©2006 20 minutes

— 

Dominique de Villepin « écoute ceux qui manifestent », mais « aussi ceux qui ne manifestent pas »

C'est la réponse apportée hier par le Premier ministre à ses opposants, depuis l'Assemblée nationale où il a défendu son projet

Chahuté par les députés de gauche, qui avaient retardé ces derniers jours l'examen du contrat première embauche (CPE) pour le faire coïncider avec les manifestations, le chef du gouvernement a campé sur ses positions : « La sécurité pour les Français dans l'emploi passe par des changements justes, adaptés aux réalités d'aujourd'hui », a-t-il affirmé

Après cette séance de questions au gouvernement houleuse, les députés ont repris à un rythme d'escargot l'examen du projet de loi sur l'égalité des chances, qui accueille l'amendement créant le CPE

Mais cet amendement en lui-même n'a été examiné que dans la soirée, l'opposition poursuivant sa stratégie de contestation en ralentissant les débats par une multiplication de rappels au règlement et autres armes de procédure

Signe de l'enjeu politique que représente la bataille du CPE, les ténors du PS ont eux-mêmes pris la parole dans l'Hémicycle

Laurent Fabius a ainsi fustigé l'absence de concertation avec les partenaires sociaux

L'attention s'est aussi focalisée sur la possibilité pour le gouvernement d'employer la procédure du 49-3, qui permet de faire adopter un texte sans vote

La tentation est réelle au vu de la lenteur de l'examen d'un projet de loi que Dominique de Villepin souhaite voir adopter dimanche au plus tard

Le président des députés UMP, Bernard Accoyer, a prévenu PS, PC et Verts : « Le gouvernement et la majorité ont accepté de débattre jusqu'à dimanche

Bien sûr, si l'opposition bloque tout, là tout est changé

» (AFP)