«Contact première ébauche» à gauche

©2006 20 minutes

— 

Coller au présent, à défaut pour l'instant d'incarner l'avenir

Les partis de gauche, qui tiennent ce matin leur premier sommet commun depuis des années, ont choisi de placer le rassemblement de la Mutualité, à Paris, sous le signe du contrat première embauche

L'ordre du jour fixé par le PS, les Verts, le PC et le PRG tient en « une riposte commune face au CPE »

Exit donc le « contrat de gouvernement » pour la présidentielle de 2007, un temps souhaité par le PS

Le PCF ne veut pas pour l'instant d'un « programme commun », préférant définir une « alternative antilibérale » la plus large possible

Pour faire tomber les masques, Marie-George Buffet, sa secrétaire nationale, souhaite organiser, dans chaque département, « une grande rencontre publique où toutes les forces de gauche viendront présenter leurs propositions »

La LCR, elle, boycotte carrément la réunion, refusant de nourrir « des illusions sur une reconstruction de l'Union de la gauche », selon son porte-parole Alain Krivine

Loin de l'osmose, chaque parti devrait même présenter son propre candidat en 2007

Au PS, la guerre des candidats à la candidature continue de plus belle

Après les attaques de Dominique Strauss-Kahn et Bertrand Delanoë contre Ségolène Royal, la favorite socialiste à cette heure, c'est Laurent Fabius qui a raillé hier la présidente de Poitou-Charentes

L'ex-Premier ministre s'est déclaré « socialiste tendance Mitterrand », en réaction aux récents propos de Ségolène Royal faisant l'éloge de Tony Blair

Plus inattendu, Marie-George Buffet a pris la défense de la socialiste, estimant sa candidature « crédible »

Un début d'union de la gauche féminine

B

Bonnefous

Ségolène Royal pourrait – on est à un an – gagner. Il n'y en a pas beaucoup. (...) Le fait que ce soit quelqu'un de 50 ans et une femme me réjouit plutôt. Vincent Peillon, leader du Nouveau Parti socialiste au PS, commentant hier la popularité de Ségolène Royal.