Ces hôpitaux qui font le lit des maladies

©2006 20 minutes

— 

Elles touchent plus de 21 000 patients par an et en tuent directement 4 000

Les infections nosocomiales – contractées au cours d'un séjour dans un hôpital ou une clinique – sont devenues « la priorité » de la politique de sécurité médicale du ministère de la Santé

Hier, le ministre, Xavier Bertrand, a présenté les résultats du premier « tableau de bord » des performances entre hôpitaux et cliniques dans la lutte contre ces infections

Xavier Bertrand a eu beau préciser qu'il ne s'agit ni d'un « palmarès », ni d'un « classement », cet état des lieux distingue les établissements qui « mettent en oeuvre l'ensemble des dispositions de lutte » de ceux qui sont « en retard dans la prise en compte de la prévention »

n 14,3 % non expertisés Au total, 6 % des sites recensés – soit 163 établissements – entrent dans la dernière catégorie

Un nombre en baisse de 34 % par rapport à 2004

« C'est bien mais encore trop », a commenté Xavier Bertrand

La France se situe dans la moyenne européenne, avec 11,1 % de ses hôpitaux et cliniques en catégorie A, la meilleure (316 établissements) ; 22,2 % (630) en catégorie B ; 33,4 % (945) en C et 13,2 % (374) en D

Sérieux handicap de l'étude : 14,3 % des structures – 404 établissements en tout – n'ont pas été expertisées

Par manque de temps, mais aussi de volonté de certains hôpitaux

n Causes multiples Deux enquêtes épidémiologiques, réalisées en 1996 et en 2001, ont établi que 7 % des patients étaient touchés par une infection nosocomiale

Les causes sont multiples : infections transmises d'un malade à l'autre par les mains ou des instruments médicaux, infections portées par le personnel de santé ou liées à l'environnement (air, eau, nourriture

)

Selon ces enquêtes, les services les plus concernés sont la réanimation (30 % des cas), la chirurgie (7 à 9 %) et la médecine (5 à 7 % selon la spécialité)

Les infections urinaires sont les plus fréquentes (40 %), suivies des infections de la peau (11 %) et pulmonaires (10 %)

Bastien Bonnefous