A la Réunion, rentrée scolaire sous le signe du Chikungunya

©2006 20 minutes

— 

Quelque 230 000 élèves de la Réunion ont repris le chemin de l'école hier, avec une semaine de retard à cause du virus Chikungunya

Cette rentrée des classes « est meilleure que ce que l'on pouvait penser », selon le rectorat, le taux d'absentéisme des élèves et des enseignants restant voisin de la moyenne de 2005

Pendant ce report de la rentrée après les vacances de l'été austral, les bâtiments ont été désinsectisés pour se débarrasser du moustique vecteur du Chikungunya

Le virus a déjà contaminé 50 000 personnes dans l'île et un enfant de 10 ans en serait mort

« Il ne faut pas s'attendre pour autant à ce que tous les moustiques disparaissent

La démoustication est quelque chose de continu, elle va se poursuivre toutes les semaines », a expliqué la sécurité civile

A la sortie des écoles, les parents, plutôt fatalistes face au virus, n'avaient pas oublié vêtements longs et lotions antimoustiques

Pour le père d'une petite fille, ces précautions « ne seront pas suffisantes, surtout si on néglige les terrains voisins »

Les mesures prises peinent en effet à rassurer les parents après la mort du garçon de 10 ans

Vingt-cinq autres décès ont été recensés depuis le début de l'épidémie, mais le virus n'était qu'une cause associée à la mort, les personnes étant déjà affaiblies ou gravement malades

A Paris, Corinne Lepage, présidente du parti écologiste CAP 21, a demandé hier la mise en place d'une commission d'enquête parlementaire pour établir les responsabilités « qui ont conduit à ce scandale sanitaire »