Naufrage acide du chimiquier «Ece»

©2006 20 minutes

— 

L'Ece sous l'eau

Le chimiquier victime d'une collision a finalement coulé hier matin au large de Cherbourg, avec 10 000 tonnes d'acide phosphorique à son bord

Le bateau a sombré à l'ouest de la pointe de la Hague, alors qu'il était remorqué vers la baie de Seine après une collision mardi dans la nuit avec un cargo maltais

Un choc qui avait provoqué une importante voie d'eau dans le cargo dont l'équipage avait été évacué rapidement après l'accident

Hier, les autorités maritimes françaises ont certifié qu'il n'y avait aucun risque grave de pollution chimique à l'acide phosphorique

« Le risque n'est pas nul », a néanmoins expliqué l'officier de communication de la préfecture maritime de la Manche, le capitaine Yann Bizien, précisant quand même que l'acide phosphorique se « dissout rapidement » dans l'eau de mer

Hier, aucune trace d'acide n'a été relevée à la surface dans la zone du naufrage, selon la préfecture

En revanche, de « légères irisations » ont été constatées, peut-être dues à une fuite des réservoirs du navire

Le chimiquier transportait 80 tonnes de gazole

Pour Greenpeace mardi, le principal risque de pollution résidait dans « les fuites de fioul et d'huile lubrifiante »

Hier, l'autre association de défense de l'environnement, Robin des Bois, a également déploré l'apparition d'« un site sous-marin pollué de plus », affirmant que « l'acide est un produit dangereux à forte concentration qui va brûler la flore et la faune dans un rayon de plusieurs centaines de mètres autour de l'épave »

De son côté, le conseil général de la Manche a estimé que « cet accident entraîne un risque de pollution, notamment aux hydrocarbures »

Le département a déposé un référé devant le tribunal administratif de Caen, pour dresser un état des lieux des risques de pollution

armateur L'armateur de l'Ece, une société turque, a été mis en demeure de « prendre les mesures pour faire cesser les dangers que représente le navire ».