Décès de Cavagnoud : à qui la faute ?

© 20 minutes

— 

C’est aujourd’hui que débute, devant le tribunal correctionnel d’Annecy, le procès de Xavier Fournier, l’entraîneur français, et de David Fine, starter (personne chargée de donner le départ), qui s’occupaient de l’entraînement durant lequel la skieuse française Régine Cavagnoud est décédée en 2001, en Autriche. L’encadrement de l’équipe d’Allemagne ayant obtenu un non-lieu lors d’un premier jugement en Autriche, l’affaire a été renvoyée devant la justice française. Les deux prévenus sont poursuivis pour « homicide et blessures involontaires ». Le 29 octobre 2001, au cours d’une séance d’entraînement avec l’équipe allemande, la skieuse, lancée à 80 km/h, avait percuté de plein fouet l’entraîneur allemand. La championne du monde de super-G était morte le surlendemain, à 31 ans. L’entraîneur, lui, était grièvement blessé. Il est aujourd’hui partie civile dans le procès, ainsi que les parents de la championne française. Dans son ordonnance de renvoi, le juge d’instruction français a estimé que la faute du starter de l’équipe allemande n’était pas caractérisée, contrairement à celle du starter français. Celui-ci aurait en effet donné le départ à la skieuse sans s’être assuré que son homologue allemand avait prévenu l’entraîneur, alors sur la piste. L’avocate de Xavier Fournier estime qu’« il y a eu de graves négligences ce jour-là » et qu’« elles sont le fait de l’encadrement allemand ». Elle estime en outre que « l’entraîneur allemand a traversé alors que l’entraînement n’était pas suspendu et que la personne qui faisait fonction de starter du côté allemand n’avait ni les qualités, ni la formation pour effectuer ce travail ». Le parquet devrait tenter de mettre en évidence que cette descente n’était pas programmée et qu’il y a eu une faute caractérisée. La descente a eu lieu à la demande de la skieuse, mais son encadrement n’aurait pas alerté les Allemands.

examen Le directeur de l’équipe de France de ski, mis en examen à sa demande pour accéder au dossier, a été mis hors de cause.