Il n'y a plus d'espoir de retrouver Lafaille

©2006 20 minutes

— 

Les chances de retrouver vivant Jean-Christophe Lafaille au Népal se sont définitivement envolées hier, après l'échec de la mission de reconnaissance aérienne envoyée sur place

L'alpiniste français a disparu il y a six jours pendant son ascension en solitaire du Makalu (8 463 mètres), dans l'Himalaya

Son épouse, qui lui avait parlé dans la nuit de jeudi à vendredi, a reconnu hier qu'il n'y avait plus d'espoir de le retrouver en vie

« Je pars mercredi à Katmandou, j'irai survoler le Makalu pour lui dire au revoir

C'est très dur pour moi, pour notre fils Tom qui n'a pas encore 5 ans

Il nous manque terriblement », a-t-elle déclaré

Le comité de l'Himalaya de la Fédération française de la montagne et de l'escalade a pour sa part déclaré que l'espoir de retrouver Lafaille vivant était « désormais nul »

Le conseiller montagne au ministère des Sports a expliqué que, « médicalement parlant, un délai de survie pour un homme à 8 000 m est de cinq jours maximum et, cela, dans les meilleures conditions possible »

Lafaille reposerait désormais dans l'Himalaya avec plusieurs grands noms de l'alpinisme français, Benoît Chamoux, Pierre Beghin, Chantal Mauduit et Eric Escoffier, décédés eux aussi lors d'ascensions périlleuses

exploit Christophe Lafaille tentait de réaliser une première : l'ascension du mont Makalu, en hiver et en solitaire, sans oxygène et en « technique alpine ». Il s'agit d'atteindre le sommet sans équipement préalable de la voie (cordes fixes et échelles) et sans camp intermédiaire. Avec des grands vents et des températures très basses aggravant le manque d'oxygène.