1994-2004 : les dates clés de dix ans d'instruction

©2006 20 minutes

— 

n 3 août 1994 Le juge Eric Halphen met en examen et place en détention Francis Poullain, PDG de l'entreprise de peinture en bâtiment SAR

La direction générale des impôts avait transmis, quelques mois plus tôt au parquet de Créteil (Val-de-Marne), une enquête sur ce patron soupçonné d'avoir réglé des fausses factures, dans le but d'obtenir des marchés auprès des offices HLM de Paris et des Hauts-de-Seine

Poullain, un ex-policier reconverti dans les affaires, reste écroué cinq mois

n 29 septembre 1994 Le promoteur Jean-Claude Méry est à son tour mis en examen et écroué

Celui qui se présente comme le collecteur de fonds pour le parti gaulliste aurait bénéficié de fausses factures, payées par des entreprises désireuses d'obtenir des marchés de rénovation du parc HLM de la Ville de Paris, des Hauts-de-Seine et de l'Ile-de-France

L'affaire s'oriente vers le « trafic d'influence »

n 14 novembre 1994 Le ministre de la Coopération du gouvernement Balladur, Michel Roussin (RPR), ancien directeur de cabinet de Jacques Chirac à la Mairie de Paris en 1992, est mis en examen pour recel d'abus de biens sociaux

Il est soupçonné d'avoir servi d'intermédiaire dans ce système de fausses factures, en échange d'importantes sommes en espèces

Il quitte le gouvernement et obtient un non-lieu un an plus tard

n 22 mai 1995 Jacques Chirac est élu président de la République

Son premier adjoint à la Mairie de Paris, Jean Tiberi, prend les rênes de l'Hôtel de Ville

n 30 mai 1996 François Ciolina, ex-nº 2 de l'Opac, mis en examen pour trafic d'influence en mai 1995, dénonce pour la première fois des fraudes dans le système d'attribution des marchés publics de l'Opac

Il met en cause Jean Tiberi, président de l'Office depuis 1978

n 27 juin 1996 Eric Halphen perquisitionne chez Jean Tiberi

Les policiers qui travaillent avec le magistrat refusent de l'accompagner

n 28 octobre 1997 Le juge Halphen prononce la clôture de l'enquête

n 11 juin 1999 Annonce de la mort de Jean-Claude Méry

n 29 juin 1999 Jean Tiberi rend public sa mise en examen pour « complicité de trafic d'influence »

n 21 septembre 2000 Le Monde publie la retranscription d'une vidéo posthume (enregistrée en 1996), dans laquelle Jean-Claude Méry met en cause Jacques Chirac dans le système de passation des marchés publics de la Ville de Paris

Le juge Halphen rouvre le dossier

n Avril 2001 Eric Halphen convoque par courrier « M

Chirac, Jacques », comme témoin

n 4 septembre 2001 Suite à une requête en annulation déposée par les avocats d'un des mis en examen, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris dessaisit le juge Halphen

Les magistrats lui reprochent d'avoir mené des procédures alors que l'instruction était suspendue

Des pièces essentielles, comme la cassette de Jean-Claude Méry et tous les actes qui ont suivi, sont annulées

Le dossier est confié au juge Armand Riberolles

n 19 janvier 2004 Le juge Riberolles clôt l'instruction

n Février 2005 Jean Tiberi bénéficie d'un non-lieu, faute de charges suffisantes à son encontre

M B