Le réseau électrique français en piteux état?

ENERGIE C'est ce que dénoncent deux membres de la Commission de régulation de l'énergie dans un document...

C. F.

— 

Des employés d'ERDF effectuent une réparation à Charron, en Charente-Maritime, après le passage de la tempête Xynthia le 3 mars 2010.
Des employés d'ERDF effectuent une réparation à Charron, en Charente-Maritime, après le passage de la tempête Xynthia le 3 mars 2010. — AFP/PIERRE ANDRIEU

Des pannes de courant de plus en plus fréquentes et longues. C'est le constat fait dans un rapport d'étape sur la gestion du réseau de distribution d'électricité en France. Ecrit par les deux vice-présidents de la Commission de régulation de l'énergie (CRE) et relayé ce mardi par Le Parisien, ce document avait été mis en ligne en mars par Maurice Méda et Michel Lapeyre. Ce dernier a quitté la CRE depuis.

Les auteurs pointent la vétusté des matériels et le manque d'entretien, qui rend le réseau particulièrement vulnérable aux phénomènes météorologiques, notamment en zone rurale. En janvier 2009, la tempête Klaus avait privé d'électricité 1,7 million de foyers. Cette année, Xynthia a affecté un million de foyers.
 
Selon Le Parisien, 1,2 million de kilomètres de «routes électriques» communales et départementales, qui alimentent les particuliers et les PME, ont été passés au cribles. Contactée par 20minutes.fr, la CRE dément être à l'origine de cette étude. «Ce n'est pas un document estampillé CRE. C'est un avis personnel. Et au regard de la loi, ces personnes n'ont pas à s'exprimer sur les missions de la CRE», explique-t-on, précisant qu'une étude sur le réseau est effectivement en cours, mais que sa publication est prévue pour la fin de l'année.
 

La Lozère particulièrement mal lotie

En attendant, ces chiffres rendus publics risquent d'avoir l'effet d'une petite bombe. L'année dernière, le temps moyen de coupure de courant à l'échelon communal a été d'une heure et trente minutes, soit 50% plus élevé que ces dix dernières années, indiquent les auteurs de l'étude. Ces derniers attirent l'attention sur la situation de certains départements ruraux, particulièrement mal lotis. La Lozère est en tête, avec une coupure de courant qui a duré 35 heures et 31 minutes en 2008.
 
En cause, selon ce document, les choix stratégiques d'EDF, dont «l'expansion internationale a été financée aussi (...) par une réduction de la maintenance et de l'investissement sur le territoire national». Le député PS de l'Isère François Brottes met lui en cause la privatisation et indique dans les colonnes du quotidien avoir demandé à la commission des Affaires économiques une mission d'information sur le sujet. Contacté par 20minutes.fr, EDF n'avait pas encore réagi. ERDF, sa filiale chargée de l'exploitation et de l'entretien du réseau, non plus.