FAITS-DIVERS

Un ex-cadre de Michelin accusé d'espionnage

Il voulait vendre des informations à Bridgeston pour 115.000 euros...

Marwan Arbache, un ancien cadre de Michelin, comparaît à partir de ce lundi devant le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand. Il est soupçonné, entre autres, d'avoir tenté de révéler un secret de fabrication. En juillet 2007, alors qu'il vient de démissionner de chez Michelin, Marwan Arbache envoie un mail à Bridgestone à qui il propose des données confidentielles en échange de 115.000 €.

 

«Dans une sorte d'oisiveté»

 

La transaction n'aboutit pas. Car le concurrent japonais alerte Michelin qui décide de piéger l'ancien salarié. Le 9 janvier 2008, Marwan Arbache est interpellé. «Mon client était dans une sorte d'oisiveté après sa démission et a voulu voir jusqu'où il pouvait aller dans cet échange», explique son avocat, Renaud Portejoie.


Autre son cloche pour le numéro un mondial du pneumatique qui considère que la divulgation de données confidentielles aurait pu lui causer un grave préjudice. L'ancien cadre de Michelin encourt dix ans de prison et 150.000 euros d'amende.