les parlementaires vont se remettre au vert

— 

Après les grands principes, les travaux pratiques. Les députés commencent à examiner demain le projet de loi dit « Grenelle 2 ». Il s'agit en fait d'un texte d'application, une boîte à outils qui doit permettre de mettre en œuvre les engagements environnementaux pris il y a deux ans. Si, pour le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, le Grenelle est aujourd'hui « plutôt en surchauffe qu'en retard », certaines mesures ne font pas l'unanimité et devraient être âprement débattues dans l'Hémicycle.
Bataille autour de l'éolien. C'est sans conteste le problème le plus épineux qu'auront à résoudre les parlementaires. Alors que le Grenelle prévoyait que 10 % de l'électricité produite en France soit issue du vent en 2020, plusieurs amendements pourraient donner « un coup de frein » au développement de ce secteur, selon le Syndicat des énergies renouvelables. Les parcs éoliens, déjà soumis à enquête publique, devraient désormais également être inscrits en installations classées pour la protection de l'environnement et développer une puissance minimale de 15 mégawatts, soit au moins 5 à 7 mâts.

Un gros effort sur les bâtiments neufs, mais pas sur l'ancien. « En 2012, les bâtiments neufs ne consommeront que 50 kilowattsheure (kWh) par m2 », se félicite Jean-Louis Borloo. La « révolution » du secteur est déjà en marche puisqu'en deux ans, cette consommation est déjà passée de 250 kWh à 150. « Le problème, c'est que le neuf ne représente que 1 % du parc immobilier français, tempère Morgane Piederriere, de France Nature Environnement. Et les objectifs ne tiennent pas comptent de l'énergie grise, c'est-à-dire de l'énergie utilisée pour la fabrication des matériaux et la construction des bâtiments. »

Le péage urbain abandonné. « Le péage bête et méchant, je ne suis pas pour. » La position du ministre de l'Ecologie ne satisfait pas les associations. « On comprend les doutes que suscitent les péages, notamment en termes d'égalité sociale, explique Morgane Piederriere. Mais le texte prévoyait une expérimentation, elle a été tout simplement supprimée en commission des lois. C'est dommage. »

Ménage publicitaire. Les pesticides « propres », c'est terminé. Le Grenelle 2 devrait interdire aux fabricants d'écrire « non dangereux », « non toxique » « biodégradable » ou encore « respectueux de l'environnement » sur leurs produits. Les associations réclamaient, elles, l'interdiction pure et simple de la publicité sur les pesticides.C. M.

En chiffres

19 milliards d'euros de crédits ont été alloués aux mesures du Grenelle pour la période 2009-2011.150 milliards d'euros doivent être investis d'ici à 2020.600 % C'est la progression, en deux ans, de la part de l'électricité photovoltaïque. Pour l'éolien, la hausse a été de 90 % sur la même période.130 g de CO2 par km. Ce sont les émissions de gaz à effets de serre des véhicules neufs en France à la fin 2009. Elles étaient de 149 g il y a deux ans, avant la création du bonus-malus écologique. 260 000 personnes travaillent dans le secteur des énergies renouvelables, contre 60 000 en 2006.100 000 éco-prêts pour la rénovation des logements anciens ont été signés l'an dernier.