pierre-philippe pasqua pour l'honneur de la famille

— 

Pierre-Philippe Pasqua, en 2007.
Pierre-Philippe Pasqua, en 2007. — O. LABAN-MATTEI / AFP

Depuis une semaine, les sourires du président et la bonhomie du prévenu avaient presque réussi à occulter la gravité des faits que la Cour de justice de la République (CJR) reproche à Charles Pasqua. La matinée d'hier a suffi à le rappeler. A la reprise de l'audience, l'avocat général a commencé par informer la Cour que l'une des témoins avait été intimidée, lundi soir, à sa sortie du palais de justice. Affirmant que Charles Pasqua et Pierre Falcone se connaissaient bien – ce qu'ils nient – cette personne est l'un des rares témoins à charge à ne pas avoir changé de version devant les juges.

Le fils « condamné » mais « innocent »
De la stupéfaction qui écarquille les yeux, la CJR est ensuite passée à la colère qui hérisse le poil. Celui de Pierre-Philippe Pasqua, fils unique du prévenu. Déjà condamné dans deux des trois affaires de malversations que l'on reproche aujourd'hui à son géniteur, Pierre-Philippe Pasqua est venu laver l'honneur de la famille. « J'ai été condamné mais je suis innocent de ce dont on m'a accusé. Je ne suis responsable de rien et Charles Pasqua l'est encore moins », a-t-il lâché reprenant la thèse de l'instruction à charge contre son père. « La condamnation de mon fils m'a touché, avait-il assuré la semaine dernière. Cela ne veut pas dire que je suis moi-même coupable . »Vincent vantighem (avec afp)