Mohamed Moussaoui: «Les musulmans de France sont respectueux des lois françaises»

POLITIQUE Après les débats houleux du week-end, le président du Conseil français du culte musulman était attendu à Matignon pour y être rassuré...

Corentin Chauvel

— 

M.EULER / AP / SIPA

Ils sont venus exprimer leur «inquiétude». Sous la houlette de leur président, Mohamed Moussaoui, des représentants du Conseil français du culte musulman (CFCM) ont été reçus ce lundi midi à Matignon par le Premier ministre, François Fillon, et la garde des Sceaux, Michèle Alliot-Marie.

Le gouvernement a tenu à rassurer les musulmans de France après les échanges politiques animés du week-end sur l'interdiction de la polygamie et du voile intégral. Et Mohamed Moussaoui s'en est dans un premier temps satisfait devant la presse à l'issue de cette convocation d'urgence.

La «stigmatisation» des musulmans français

Mais le président du CFCM s'est indigné de nouveau face à la «stigmatisation» subie par les musulmans français: «C'est un ressenti qui remonte tous les jours au CFCM au sujet de l'ensemble du débat (sur le voile intégral)». Les musulmans supportent difficilement ce «climat» et il est nécessaire «de les rassurer».

Et Mohamed Moussaoui de fustiger cette nouvelle affaire de polygamie. Evènement «marginal» selon lui, le président du CFCM estime qu'elle a «pris trop d'ampleur». Il a pointé du doigt ce qu'il appelle une «dissymétrie médiatique»: «Ce week-end également, la mosquée d'Istres a été attaquée, mais les médias n'en ont pas parlé».

«Il y a une nécessité de légiférer» sur le voile intégral

Pour Mohamed Moussaoui, la loi sur la polygamie existe déjà et elle est «claire»: «Les musulmans de France sont respectueux des lois françaises.» Quant à la position du CFCM sur le voile intégral, elle est toute aussi claire: «Il y a une nécessité de légiférer et le CFCM fera tout son possible pour faire reculer cette pratique».

Quoiqu'il en soit, le Conseil prendra acte des décisions du gouvernement pour le voile intégral et de la justice pour l'affaire de polygamie. «Ce n'est pas au CFCM de dire s'il est pour ou contre, c'est une question de droit», indique Mohamed Moussaoui. Quelques instants plus tard, c'est au tour de Michèle Alliot-Marie de se présenter sur le perron de Matignon. Elle ne fera qu'une seule déclaration: «Bon appétit!»

En raison des débordements systématiques sur ce type de sujet, l'article est fermé aux commentaires. Mais vous pouvez venir débattre en cliquant ici.