Polygamie: Eric Besson rejette toute «arrière-pensée» anti-musulmane

POLITIQUE Il doute que le mari de la femme verbalisée puisse être déchu de sa nationalité...

Avec agence

— 

Eric Besson, lors d'un meeting pour l'UMP à Lille, le 22 février 2010.
Eric Besson, lors d'un meeting pour l'UMP à Lille, le 22 février 2010. — B. CHIBANE/SIPA

Brice Hortefeux serait-il allé plus vite que la loi? Eric Besson a admis lundi au micro de RTL que le fondement juridique d'une déchéance de la nationalité du conjoint de la femme verbalisée en niqab au volant, soupçonné de polygamie, n'était pas évident, évoquant la possibilité d'une «adaptation législative» sur ce sujet.

«La question qui m'est posée est de savoir, si la justice le condamne pour polygamie, d'une part, et fraude aux prestations sociales d'autre part, est-ce que l'on peut et est-ce que l'on doit prononcer la déchéance de la nationalité française, c'est-à-dire lui retirer la nationalité française qu'il a acquise par mariage? Aujourd'hui, est-ce possible sur la base de l'article 3215 du code civil, c'est très controversé, j'ai rencontré hier des experts, certains m'ont dit oui, certains m'ont dit non», a déclaré le ministre de l'Immigration.

«Un certain nombre de textes (...) qui pourraient servir de véhicule pour une adaptation législative»

«Brice Hortefeux a, j'imagine, un dossier qui lui permet d'étayer le soupçon qui pèse sur cette personne, à la justice d'établir les faits», a dit par ailleurs le ministre qui a rejeté toute «arrière-pensée» anti-musulmane dans cette affaire, accusant la femme verbalisée d'avoir fait de son cas une «affaire politique» avec la tenue d'une conférence de presse.

Pour Eric Besson, «ce qui est en cause ce sont les dérives de l'islam» que «l'immense majorité des musulmans» en France sont «les premiers à regretter». «Moralement et politiquement, Brice Hortefeux a eu raison de poser la question», a jugé le ministre.

Une «bonne initiative» pour Christian Estrosi

Même son de cloche du côté du secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand, qui a jugé ce lundi «frappée au coin du bon sens» l'attitude du ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux qui a envisagé la déchéance de la nationalité française, en cas de polygamie avérée, du conjoint de la femme voilée verbalisée au volant. «Bonne initiative», estime également le ministre de l'Industrie, Christian Estrosi, sur BFM.

Pour Christian Estrosi, «c'est la double peine qui est infligée à cette femme. C'est d'abord la burqa, parce que c'est une prison de tissu. C'est ensuite la polygamie, parce que c'est la prison du harem».

Brice Hortefeux, «meilleur allié des extrémistes» islamistes

De son côté, le PS a dénoncé ce lundi la volonté de Nicolas Sarkozy d'«exploiter» la question du voile intégral à des fins électorales pour attirer «l'électorat d'extrême droite» et a accusé le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux d'être le «meilleur allié des extrémistes» islamistes.

«La nouvelle séquence ouverte par le gouvernement concerne une fois de plus - dans le sillage du débat sur l'identité nationale - la question du voile intégral» qui est «bien loin des préoccupations des Français sur les retraites et l'emploi», a affirmé le porte-parole du PS, Benoît Hamon. Le voile intégral «n'intéresse quasiment personne et relève de l'obsession maladive et de la stratégie politique» du gouvernement qui veut «l'exploiter électoralement», a-t-il estimé.

>> En raison des débordements systématiques sur ce type de sujet, l'article est fermé aux commentaires. Merci de votre compréhension.