Rio-Paris: Le rapport des experts met en cause les sondes Pitot

ENQUETE Leur maintenance poserait également problème...

B.D.

— 

 
Des débris de l'AF447 récupérés par l'armée brésilienne en 2009
  Des débris de l'AF447 récupérés par l'armée brésilienne en 2009 — H.NEW / REUTERS

Les experts judiciaires mettraient les sondes Pitot et leur maintenance en cause dans le crash du vol Rio-Paris, qui a fait 228 morts le 1er juin 2009. C'est en tout cas ce qu'affirme Libération dans son édition de samedi.

Le quotidien, qui s'est procuré le rapport préliminaire des experts, explique qu'ils confirment que le givrage de ces sondes de vitesse est un «élément constitutif» du crash, même s'ils n'en font pas la cause de l'accident. Le fonctionnement des sondes aurait été altéré par un amas de cristaux de glace, qui aurait obstrué leur tube d'entrée. Le rapport précise ensuite qu'«une cascade de mal fonctions» a suivi, dégradant la conduite de l'appareil.

Une fréquence d'entretien des sondes insuffisante?

 

Les experts pointent également des problèmes de maintenance de ces sondes. Car, sur les 9 sondes Thales AA prélevées chez Air France après le crash, certaines présentaient «un aspect extérieur moyennement ou très dégradé». Le nettoyage des sondes Pitot est obligatoire tous les 21 mois seulement en France. Selon le quotidien, cette fréquence pourrait ne pas être suffisante.

Cependant, le rapport précise: «il n'est pas possible d'identifier avec précisions les faits qui ont conduit à l'accident». Les experts avancent en effet d'autres causes possibles au crash, comme par exemple une erreur de pilotage. Mais, sans les boites noires, impossible de privilégier cette thèse.

Le rapport définitif des experts judiciaires est attendu pour le mois de décembre prochain.