Deux jeunes jugés en vertu de la nouvelle loi anti-bandes

JUSTICE Ils sont soupçonnés d'avoir participé à une rixe à La Défense...

Avec agence

— 

Deux individus majeurs, soupçonnés d'avoir voulu participer à une rixe samedi à La Défense (Hauts-de-Seine), doivent comparaître mardi devant le tribunal correctionnel de Versailles pour «participation à un groupement violent», selon une source judiciaire.

Ce procès en comparution immédiate est l'un des premiers à appliquer la loi du 2 mars 2010 sur la violence en bandes, qui réprime notamment «le fait pour une personne de participer sciemment à un groupement, même formé de façon temporaire, en vue de la préparation (...) de violences volontaires contre les personnes ou de destruction ou dégradations de biens». Ce délit est passible d'un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende.

Samedi après-midi, une quarantaine de jeunes, originaires de Chanteloup-les-Vignes, Achères ou encore Sartrouville, avaient été interpellés en gare de Houilles (Yvelines) et 11 d'entre eux, âgés de 16 à 20 ans, placés en garde à vue. Porteurs de matraques, de béquilles, de couteaux et de lames de cutter, ils sont soupçonnés d'avoir voulu se rendre à la Défense (Hauts-de-Seine) pour affronter des jeunes des Hauts-de-Seine.

Parallèlement, la police avait empêché d'autres groupes venus en bus d'accéder au centre commercial de la Défense où les attendaient des jeunes des Hauts-de-Seine et où trois d'entre eux avaient été interpellés, selon une source proche de l'enquête.

Six jeunes, dont quatre mineurs qui doivent être présentés à un juge des enfants, ont été déférés dimanche au parquet de Versailles, tandis que les cinq autres jeunes ont été relâchés.