Grève à la SNCF à partir de mardi 20 heures

TRANSPORTS Les deux principaux syndicats de cheminots appellent à cesser le travail pour un mouvement reconductible...

Avec agence

— 

A la SNCF, un préavis commun CGT-CFDT-FO-CFTC-Sud-Rail-Unsa-CFE-CGC court du mercredi 21 mai à 20H00 jusqu'au vendredi 23 mai à 8H00 et "permettra aux cheminots de participer aux initiatives interprofessionnelles décidées pour le jeudi 22 mai", selon le texte dont l'AFP a obtenu copie.
A la SNCF, un préavis commun CGT-CFDT-FO-CFTC-Sud-Rail-Unsa-CFE-CGC court du mercredi 21 mai à 20H00 jusqu'au vendredi 23 mai à 8H00 et "permettra aux cheminots de participer aux initiatives interprofessionnelles décidées pour le jeudi 22 mai", selon le texte dont l'AFP a obtenu copie. — Martin Bureau AFP/Archives

Les passagers de la SNCF vont devoir, une fois de plus, s’armer de patience cette semaine. Les cheminots entament mardi soir une grève de 24 heures reconductible à l'appel des deux principaux syndicats, la CGT-cheminots et SUD-Rail, sur fond de divisions syndicales. La CFDT/Fgaac a en effet renoncé à la grève après avoir obtenu des garanties lors des négociations avec la direction.

L'appel à la grève - la troisième depuis le début de l'année - concerne les contrôleurs, les agents du fret et les 16.000 conducteurs de train à partir de mardi 20 heures. Les autres catégories de personnel, y compris les agents affectés au matériel, les commerciaux et les administratifs sont appelés à une grève de 24 heures à partir de jeudi par la CGT et dès mercredi par SUD-rail.

Aucune reprise des négociations n'est officiellement prévue avant le début de la grève, selon la direction de la SNCF et la CGT. Ce lundi soir, la direction doit communiquer ses prévisions de trafic, sur la base des déclarations d'intentions individuelles.

«Chez les roulants, nos sondages sur les déclarations d'intention montrent une progression par rapport aux grèves du 23 mars et du 3 février, avec toujours un peu de faiblesse dans le nord-est», a affirmé à l'AFP Didier Le Reste, secrétaire général de la CGT-cheminots. «La SNCF a perdu 22.000 emplois depuis sept ans, 3.700 cette année et veut encore en supprimer 8.000 d'ici à 2012, alors qu'il y a une recrudescence des dysfonctionnements en raison des sous-effectifs», a-t-il dénoncé.

Seuls deux syndicats appellent à la grève, CGT et Sud-rail, qui ont obtenu 57% des voix à eux deux lors des élections au comité d'entreprise de mars 2009.