La société des journalistes du JDD proteste contre l'Elysée

MEDIAS Elle s'en prend aux propos «inquisiteurs» de Pierre Charon, conseiller en communication du chef de l'Etat, après les rumeurs concernant le couple présidentiel...

Avec agence

— 

Nicolas Sarkozy et Carla Bruni, le 14 mars 2010 à Paris.
Nicolas Sarkozy et Carla Bruni, le 14 mars 2010 à Paris. — SIPA

Emotion au Journal du Dimanche. La société des journalistes du JDD a protesté lundi contre les propos de Pierre Charon, conseiller en communication de Nicolas Sarkozy, après les rumeurs concernant le couple présidentiel.

Dans un communiqué, la société des journalistes du JDD exprime «son indignation et sa colère» après les propos tenus par Pierre Charon dans un article mis en ligne vendredi sur le site leNouvelObs.com.

Evoquant la parution début mars sur un blog hébergé par le jdd.fr de rumeurs concernant le couple présidentiel, Pierre Charon déclare dans cette interview: «Nous faisons de cette ignominie un casus belli. Nous voulons aller jusqu’au bout pour que cela ne se reproduise plus jamais. Comme on dit, la peur doit changer de camp.»

 

«Ton menaçant et inquisiteur»

La SDJ juge «inacceptable le ton menaçant et inquisiteur de ces propos sans précédent». Elle rappelle que deux salariés mis en cause «ont quitté leurs fonctions», que le directeur de la rédaction du journal, Olivier Jay, a écrit une lettre d’excuses au couple présidentiel «alors que ces rumeurs n’ont pas été publiées dans le Journal du Dimanche». Enfin HFA, société éditrice du JDD, a déposé plainte contre X pour «introduction frauduleuse de données dans un système informatique».

«Que faut-il de plus?», demande la SDJ, qui se dit «stupéfaite et inquiète par les proportions que prend cette “affaire”». Le Journal du Dimanche, «pas plus que n’importe quel autre média, n’a à se plier aux désirs d’un pouvoir ni à céder aux pressions ou aux menaces, d’où qu’elles viennent», conclut la SDJ.