Le rappeur Mister You condamné à deux ans de prison ferme et 5.000 euros d'amende

JUSTICE Il était poursuivi, après deux ans de cavale, dans une affaire de trafic de stupéfiants datant de 2006...

N. B. avec W. M.

— 

Il avait une nouvelle fois rendez-vous avec la justice et cette fois-ci, il n'a pas fait faux bond. Le rappeur Mister You, arrêté le 4 décembre dernier après une cavale de deux ans, a été condamné ce mercredi après-midi par la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris à trois ans de prison, dont deux ferme, et 5.000 euros d'amende pour trafic de stupéfiants. Une peine assortie d'une obligation de soins et d'une mise à l'épreuve.

La salle, largement remplie de fans du rappeur, a chaudement applaudi à la lecture de la décision. Et l’avocat du chanteur, Me Thomas Maier, ne cachait pas sa satisfaction: «C’est une peine qui semble beaucoup plus proportionnée et adaptée par rapport à ce que demandait le ministère public».

Un premier jugement caduc

Le procureur avait en effet requis trois de prison ferme et 15.000 euros d'amende contre celui qui avait été condamné une première fois par contumace en 2007 à cinq de prison, peu de temps après avoir pris la fuite lors d’une perquisition à son domicile.

Un jugement par défaut  - puisque le prévenu n’avait pas pu être entendu à l’audience - auquel Mister You a fait opposition. Et c’est finalement la présidente du tribunal qui a dû faire office, ce mercredi, de juge d’instruction et auditionner le rappeur, jamais placé en garde à vue ni mis en examen dans le cadre de cette affaire.

«Pas un fugitif»

«Le tribunal n’a pas considéré mon client comme un fugitif. Et pour cause: les officiers de la BNRF (Brigade Nationale de Recherches des Fugitifs, ndlr) n’ont mis que 48h à le trouver».

Mister You avait profité de sa cavale pour narguer la police sur internet, affirmant qu'elle ne le «retrouverait jamais» avant de sortir, en février 2009, un album intitulé «Arrête You si tu peux». La BNRF, alertée par la PJ qui avait fait remonter son dossier, avait finalement interpellé le rappeur trois jours plus tard à Paris.

Placé en détention provisoire depuis le 4 décembre dernier, le rappeur pourra soustraire ce temps de sa peine. Il lui reste donc, théoriquement, 21 mois de prison à purger.