Apparu à la recherche de nouveaux indices

EXCLUSIF «20 Minutes» dévoile les mesures à l'étude pour améliorer la statistique immobilière...

Vincent Vantighem

— 

C'est l'une des premières choses qui avait surpris Benoist Apparu en arrivant au secrétariat d'Etat au Logement, à l'été dernier: «Il n'y a pas d'outil statistique pour connaître de manière extrêmement fiable les prix des biens.» Entre les indices des agences immobilières, ceux des notaires: tout le monde s'y perd. Le Conseil national de l'information statistique (CNIS) vient donc de remettre un rapport au ministre pour avoir « une meilleure connaissance du marché ». 20 Minutes se l'est procuré : sur les vingt-sept mesures préconisées, quatre ont surtout retenu l'attention du gouvernement. La semaine prochaine, Benoist Apparu doit se réunir avec Jean-Louis Borloo (Ecologie) et Christine Lagarde (Economie) pour les mettre en place rapidement.

> Un indice de fiabilité des baromètres Il y a les prix de l'immobilier des grands journaux, ceux des notaires, ceux de la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim)... Pour que le grand public s'y retrouve, le gouvernement devrait délivrer un indice de fiabilité des prix annoncés dans chaque baromètre. « Cela va attester du sérieux des prix, commente Henry Buzy-Cazaux, président de l'Ecole supérieure des professions immobilières [EPSI]. Et éviter que les gens ne soient suspicieux.»

> Un portail Internet référent «Il va y avoir du travail. Mais c'est sans doute l'idée la plus intéressante», assure l'un des conseillers de Benoist Apparu. Le secrétaire d'Etat voudrait en effet créer un portail Internet qui permette au grand public d'avoir les bonnes références. En clair, il suffirait de taper le nom d'une rue pour accéder au prix au m² des cinquante dernières ventes conclues dans cette rue. Ce sont les agences immobilières qui risquent de grincer des dents face à cette concurrence.

> Des notaires plus accompagnés Ce sont eux qui détiennent les chiffres les plus fiables aujourd'hui. Seul problème : ils sont toujours communiqués avec six mois de retard. «On va les accompagner afin d'améliorer leur outil statistique et la diffusion de leurs chiffres», assure le secrétariat d'Etat au Logement. Henry Buzy-Cazaux est d'accord avec cette idée: «Il faut vraiment leur faire confiance.»

> Améliorer les enquêtes
Les spécialistes du gouvernement vont se plonger dans les productions statistiques de l'Insee et des ministères. L'objectif? Améliorer le résultat final et la fiabilité. «Le but est surtout d'avoir des résultats plus fins, analyse l'un des conseillers de Benoist Apparu. A terme, nous voudrions proposer des statistiques rue par rue, quel que soit l'endroit.»