Les militants UMP encaissent pendant que le PS exulte

— 

A 19 h, au siège de l'UMP. Les plateaux-repas passent.

Et les militants s'inquiètent à une heure de l'annonce des résultats. « J'espère qu'ils vont nous en laisser un peu... », lâche une militante de Sarcelles (Val-d'Oise) devant un plat de charcuterie. Le score du parti majoritaire ? « De toute façon... ».

Rue de Solférino, au siège du Parti socialiste, l'ambiance est tout autre. Et le sourire est de rigueur. Dans la cour où attend un nombre impressionnant de caméras de télévisions, les Jeunes socialistes sont les stars de la soirée. Il faut dire que pas un responsable national n'est là, et pour cause : au 2e étage, Martine Aubry et les ténors du PS peaufinent leur stratégie, alors que les négociations avec les autres partis de gauche doivent commencer le soir même.

A 20 h, pendant que Solférino laisse éclater sa joie à l'annonce des résultats, rue La Boétie, les militants font grise mine. Dans un coin, Frédéric Lefebvre, le porte-parole du parti, se fraye un passage entre les perches et les micros. « S'il y une défaite ce soir, elle est pour les présidents socialistes de région sortants. Certains réalisent un score très mauvais. »

Au siège du PS, Martine Aubry savoure rapidement la victoire, tout sourire après son intervention télévisée. Le temps de quelques photos avec des militants devant le buffet, la voilà repartie. Les discussions avec les écologistes ont déjà commencé. W

C. M. et V. V.