Un député PS saisit la Halde après les propos de Longuet sur Malek Boutih

POLEMIQUE La polémique n'en finit plus de rebondir...

Avec agence

— 

Le sénateur Gérard Longuet, le 1er mars 2010 à Paris.
Le sénateur Gérard Longuet, le 1er mars 2010 à Paris. — E. POL/SIPA

Le député PS du Gers Philippe Martin a annoncé jeudi avoir saisi la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde) à la suite des déclarations du patron des sénateurs UMP, Gérard Longuet, sur le futur président de cet organisme. «J'ai exercé mon droit de parlementaire, on verra si la Halde estime que ces propos (de Gérard Longuet) sont discriminatoires», a déclaré Philippe Martin à l'AFP, après avoir adressé par internet sa demande de saisine.

«Je souhaite saisir la Halde à propos de la déclaration faite par Gérard Longuet, sénateur de la Meuse, le 10 mars 2010 sur France-Info selon laquelle Malek Malek Boutih n'était pas "le bon personnage" pour présider la Halde et qu'il vaudrait mieux nommer à ce poste une personnalité issue du "corps français traditionnel"», déclare Philippe Martin dans sa demande à la Halde, dénonçant une «discrimination».

Longuet et Boutih se sont parlés

Gérard Longuet, a par ailleurs déclaré jeudi à Itélé avoir parlé avec le responsable PS Malek Boutih. «Je lui ai dit: voilà, mon souci, c'est que vous êtes militant et qu'il faut faire partager une cause. Ce n'est peut-être pas en étant militant que vous êtes le plus apte à parler à ceux qui ne se sentent pas concernés», a déclaré Gérard Longuet. «Est-il nécessaire d'être discriminé pour prendre en charge la lutte contre la discrimination?», a-t-il répété à Itélé pour justifier ses propos de la veille au sujet de Malek Boutih.