Grèves: Demandez le programme!

SOCIAL Des mouvements sont notamment prévus dans les crèches et parmi le personnel médical...

C.C. avec agence

— 

F. DURAND / SIPA

Cet article est actualisé régulièrement, cliquez ici pour rafraîchir

En attendant la journée nationale de grève dans l'Education vendredi, plusieurs mouvements ont lieu ce jeudi.

>> Pour suivre l'évolution de la grève dans les transports, c'est par ici

Médecins généralistes

Quatre syndicats de généralistes appellent à la grève ce jeudi. En quête de reconnaissance, les praticiens sont conviés à fermer leur cabinet médical pour protester contre «la paperasserie administrative» et exiger la majoration de leurs honoraires de 22 à 23 euros.

Infirmières

La pagaille est possible également dans les hôpitaux ce jeudi. Six syndicats d'infirmières et infirmiers-anasthésistes appellent à une journée de grève avec rassemblement à Paris sur la reconnaissance de leur niveau de qualification et de la pénibilité, le gouvernement envisageant de repousser l'âge minimal de départ à la retraite des infirmières salariées de 55 à 60 ans. La mobilisation doit se réunir en fin de matinée ce jeudi aux abords de la gare Montparnasse et se dirigera vers le ministère de la Santé. 

Crèches

Portes closes également dans une centaine de crèches en raison d'un mouvement de grève nationale des professionnels de la petite enfance, opposés à un assouplissement des règles d'accueil préparé par le gouvernement.

 

A Bordeaux, Marseille ou Strasbourg, la plupart des crèches municipales sont restées fermées ce jeudi tandis que les organisateurs de la journée ont évoqué «50 à 60%» de grévistes nationalement. Près de 71% de grévistes étaient comptabilisés à Grenoble par le Centre communal d'action sociale et 44% par la mairie de Bordeaux. A Paris, sur 439 établissements municipaux, 139 étaient fermés à midi et 97 partiellement ouverts, selon la mairie, qui avançait également 16,69% de grévistes.

Plus de 10.000 personnes selon les organisateurs, 4.500 selon la police, ont défilé dans la capitale. Le collectif de professionnels baptisé «Pas de bébé à la consigne» est en guerre depuis près d'un an contre un futur décret qui prévoit notamment des possibilités d'accueil supplémentaire dans les crèches.

La Poste

A Strasbourg, c'est le courrier qui n'arrive pas. Le centre-ville de la capitale alsacienne en est privé depuis quatre jours en raison d'une grève des postiers qui paralyse deux des centres de distribution, ont annoncé ce jeudi la direction et les syndicats. Les grévistes ont déclenché leur mouvement illimité lundi pour s'opposer à un projet de réorganisation qui impose une plus grande flexibilité du travail et prévoit une vingtaine de suppressions de postes (facteurs et trieurs), selon une source syndicale.

L'appel à la grève illimitée, lancé par l'intersyndicale CGT-CFDT-SUD, est suivi depuis le début par «environ 80%» des 75 facteurs dans les deux centres concernés, a indiqué Patrick Leroy, de la CGT. Mais selon la direction, 85,5% de l'effectif total strasbourgeois (environ 380 salariés) étaient au travail jeudi et 74,8% des tournées ont été assurées.

Les éboueurs

C'est à Marseille que cela se passe, et cela depuis samedi. Le blocage des centres de transfert des déchets a repris mercredi soir à Marseille, empêchant à nouveau le ramassage des ordures, après l'échec de discussions entre la communauté urbaine et les grévistes de la société ISS.

«On évalue à 2.500 tonnes les déchets qui sont par terre ou dans les camions», a déclaré Bernard Pizzo, délégué syndical FO chez ISS, à l'issue de la réunion et d'une assemblée générale des grévistes. «On va vers un durcissement du conflit», a-t-il ajouté.

La grève est liée au renouvellement du marché public de collecte des déchets dans le deuxième arrondissement de la ville, assuré actuellement par ISS. Les salariés exigent principalement de MPM qu'elle leur garantisse par écrit, dans le cahier des charges de l'appel d'offres, qu'ils seront repris par la société qui remportera le marché, dont le périmètre a été réduit. Mais selon MPM, cette exigence est contraire à la loi.