Si, Sarkozy bat la campagne

— 

« M'engager dans la campagne, au sens partisan, ce n'est pas mon rôle, ce n'est pas la place d'un président de la République. » La phrase de Nicolas Sarkozy, prononcée fin janvier au « 20 heures » de TF1 n'est plus d'actualité. Le chef de l'Etat se rend aujourd'hui en Franche-Comté aux côtés d'Alain Joyandet, secrétaire d'Etat chargé de la coopération et surtout tête de liste UMP dans cette région. A moins d'une semaine du premier tour, ce déplacement fait grincer des dents. Le MoDem franc-comtois dénonce « un show préélectoral » au détriment du respect des institutions. La ligne est la même au PS, qui demande que la totalité du déplacement de Nicolas Sarkozy soit imputée aux comptes de campagne de l'UMP. Et selon Le Parisien, le président de la République n'a pas fini de s'impliquer en faveur du parti majoritaire puisqu'il pourrait accorder une interview au Figaro Magazine, samedi, à la veille du scrutin. « Un « mélange des genres » contraire « à l'éthique républicaine », expliquait hier le porte-parole du PS, Benoît Hamon. W

C. M.