Les femmes sont le marché émergent le plus prometteur

CROISSANCE La monté en puissance économique des femmes va bouleverser notre société...

Marika Mathieu

— 

Manifestation en octobre 2009 à Paris en faveur d'une « réelle égalité femmes-hommes ».
Manifestation en octobre 2009 à Paris en faveur d'une « réelle égalité femmes-hommes ». — boris horvat / afp

Les femmes produisent la moitié de la richesse mondiale, supportent mieux la crise, et gèrent d'une main sûre enfants, maison et choix de la voiture. Selon le très réputé cabinet Boston Consulting Group (BCG), qui a réalisé une enquête auprès de 12.000 femmes réparties dans vingt-deux pays afin de connaître leur pouvoir économique, elles sont «LE marché émergent» à suivre.

Car les femmes s'activent de plus en plus, on en compte un milliard en activité de par le monde. Aux Etats-Unis, elles sont même en passe d'être plus nombreuses que les hommes sur le marché de l'emploi. En France, plus de 80% des femmes travaillent. Elles occupent 75% des emplois dans le secteur de l'éducation, de la santé et de l'action sociale. En investissant massivement l'économie des services, elles résistent mieux à la crise qui emporte l'industrie des hommes.

 

Les femmes gèrent 71% des décisions des ménages en France


Depuis l'an 2000, les femmes ont conquis 6 des 8 millions de nouveaux emplois créés durant cette période en Europe. Il y a quelques semaines, la revue The Economist reconnaissait l'ampleur de la performance: «La puissance économique des femmes est le plus grand changement social de notre époque ». Les disparités salariales entre les sexes sont encore criantes mais, selon le BCG, elles vont se réduire.

Les femmes multiplient les diplômes. D'ici à cinq ans, leur revenu devrait connaître une croissance plus importante que celle du PIB de la Chine et de l'Inde réunies. Comme on dit chez nous: «C'est du lourd. Enfin, les femmes s'occupent de tout chez elle. En portant différentes casquettes, elles décuplent leur influence sur la consommation. Elles gèrent 71% des décisions des ménages en France, 73% aux Etats-Unis. Selon le BCG, d'ici à 2014, les femmes devraient disposer de 15.000 milliards de dollars pour assurer leur train de vie. Cette hégémonie sur le panier des achats peut changer la donne.


«Elles agissent avec plus de raison»

 

Les femmes savent ce qu'elles veulent. Si l'on en croit une récente étude du groupe Goldman Sachs, elles privilégient le bien-être familial, apprécient l'épargne et les assurances. «Elles agissent avec plus de raison et moins de passion que les hommes face aux achats», rappelle Franck Lehuédé, responsable du département consommation du Credoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie). Au final, ça donne moins d'alcool, moins de carburants, mais plus de qualité, de produits adaptés et des services pour gagner du temps. Selon Michael J. Silverstein, partenaire de BCG: «Les entreprises actuelles échouent à satisfaire les besoins des femmes.» Près de la moitié des dames interrogées dans son enquête se plaignent de ne pas trouver ce qu'elles désirent acheter. C'est ballot. Mais le marché est ouvert!

Les femmes en chiffres

84,6% de réussite au bac (82,1% pour les garçons). 56,9 % des étudiants à l'université sont des femmes. 46,9 % de la population active. 17,2% des chefs d'entreprises françaises. 30% des créateurs d'entreprises. 35% des cadres. 83,7% des femmes entre 25 et 45 ans travaillent (95,1 % des hommes). Leur salaire est inférieur de 27% à celui des hommes. Entre juin 2008 et juin 2009, le chômagea augmenté de 11% chez les femmes, contre 27% chez les hommes.