Les salariés de dunkerque ne sont pas totalement convaincus

— 

Les« Total » manifestaient hier à Dunkerque contre la fermeture de l'usine.
Les« Total » manifestaient hier à Dunkerque contre la fermeture de l'usine. — D. CHARLET / AFP

Ils ne sont vraiment pas convaincus. Les salariés de la raffinerie des Flandres étaient environ 300, hier à Dunkerque, pour manifester contre la fermeture de leur usine. Quelques heures plus tôt, à l'autre bout de la France, Nicolas Sarkozy clôturait les états généraux de l'industrie. Là-bas, le chef de l'Etat a annoncé sa volonté de pérenniser l'emploi industriel. Cela ne rassure pourtant pas les salariés de Dunkerque, troisième port de France. « On est en période électorale et ils savent qu'ils vont perdre, analyse François Croquefer, le patron de l'union locale CGT. Il n'y a rien de concret, juste des paroles. C'est un peu simpliste aujourd'hui de dire qu'on va redresser la barre. »

Car ici, les déclarations volontaristes se heurtent à la perspective de fermeture de la raffinerie. « Ça me fait sourire, glisse Benjamin Tange, 28 ans, opérateur chez Total. Qu'il maintienne déjà les industries en place. Quand on regarde les infos, il y a de la casse industrielle partout en France. Il faudrait qu'il connaisse le quotidien des travailleurs pour s'apercevoir des difficultés que l'on traverse. » « Du vent » pour les salariés, casques sur la tête et gilets fluo, qui jugent les annonces trop floues. « Augmenter la production industrielle de 25 %, ça veut dire quoi ? critique Christophe Bouillon, opérateur. Il faut voir de quel secteur il parle, c'est tellement vague. C'est des phrases qu'il lance comme ça. » Du coup, le discours de Nicolas Sarkozy est bien loin d'apaiser la colère des salariés. « C'est tellement évident qu'on ne demande qu'à y croire, lâche un technicien. Mais dans les faits, c'est exactement le contraire qui se passe. » Les syndicalistes ont prévenu : pas question d'accepter la fermeture de leur site. Ils ont donné rendez-vous aux journalistes ce matin à 6 h. Pour une action d'éclat restée secrète. W

Gabriel Thierry