pommes, poires et titres-restaurant

— 

Filtrés aux caisses des supermarchés depuis le début de la semaine, les 654 millions de chèques-restaurant sont en revanche les bienvenus chez les primeurs. Un décret et un arrêté publiés hier au Journal officiel permettent d'acheter désormais des fruits et légumes avec des titres-restaurant. A une condition, cependant : qu'ils servent à l'achat d'une préparation alimentaire immédiatement consommable, telles les soupes ou les salades. Une bonne nouvelle pour les détaillants de fruits et légumes, qui attendaient ces publications depuis l'adoption cet été de la loi dite « Bachelot ». Une mesure en revanche dénoncée par l'Union des métiers de l'industrie hôtelière, principal syndicat des restaurateurs, estimant qu'elle détournait le titre-restaurant de son usage d'origine. Du côté des con­sommateurs, cet arrêté étend un peu plus l'usage des titres-restaurant, ­strictement limité depuis lundi aux plats immédiatement consommables dans les supermarchés. W

Ingrid gallou