Xkiouze.com propose des excuses pour faire l'école buissonnière, les enseignants s'indignent

EDUCATION Parmi les initiateurs du site, un des anciens responsables du polémique note2be.com….

Avec agence

— 

Nicolas Sarkozy présente lundi le plan "Numérique 2012" pour combler le retard de la France dans ce secteur clé pour la croissance au moment où celle-ci pique du nez, en dopant notamment l'internet haut débit ou encore en accompagnant le passage à la télévision numérique.
Nicolas Sarkozy présente lundi le plan "Numérique 2012" pour combler le retard de la France dans ce secteur clé pour la croissance au moment où celle-ci pique du nez, en dopant notamment l'internet haut débit ou encore en accompagnant le passage à la télévision numérique. — Mychèle Daniau AFP/Archives

Envie de sécher le contrôle de maths? Rien de plus simple: «Xkiouze.com» promet aux élèves, moyennant finance, de leur fournir des excuses pour leurs absences. Si l’initiative peut intéresser les élèves, l’initiative a suscité de vives critiques allant jusqu'à une demande d'interdiction émanant des chefs d'établissement.

 

Le site, qui doit ouvrir le 12 avril, consultable à l'adresse www.xkiouze.com propose plusieurs excuses aux élèves, comme un «certificat médical», un «certificat de vol (par le commissariat local)», un «certificat de passage de permis», voire un «certificat de décès», affirment les responsables du site. Les tarifs vont de 7,90 euros (une simple excuse) à 34,90 euros (six excuses), est-il précisé sur le site.

 

«On continue à dénigrer l'école»


Dans le corps enseignant, les esprits s’échauffent face à un site dont on peut douter du sérieux. «Nous condamnons sans aucune réserve ce projet qui est totalement à l'opposé de nos valeurs. Nous souhaitons que le ministère fasse le nécessaire pour faire interdire le plus rapidement possible ce site», a déclaré à l'AFP Michel Richard, secrétaire général adjoint du SNPDEN, premier syndicat de chefs d'établissement.

 


Ta réussite scolaire passe aussi par nos excuses !

 

«C'est pitoyable. On continue à dénigrer l'école», a déclaré à l'AFP Jean-Jacques Hazan, président de la FCPE, première fédération de parents d'élèves de l'enseignement public, se demandant si ce n'était pas «une blague».

 

Expertise juridique lancée par le ministère de l'Education

 

Interrogé, le ministère de l'Education a affirmé qu'il avait lancé une expertise juridique auprès de ses services «pour étudier le caractère légal de ce site et des prestations qu'il propose».

 

Parmi les trois initiateurs de ce projet figure Stéphane Cola, qui avait lancé en 2008 le site www.note2be.com, a affirmé à l'AFP Luigi Lastisse, l'un des deux autres responsables. Ce site, très controversé, proposait aux élèves de noter les enseignants en citant leur nom. Son principe avait suscité un tollé, et des enseignants, l'avaient attaqué en justice qui avait interdit aux propriétaires du site d'afficher des «données nominatives d'enseignants aux fins de leur notation».