Une commune française sur trois est concernée par le risque inondation

INTEMPERIES Le risque inondation est le premier risque naturel en France...

Avec agence

— 

La Rochelle a fortement été touchée par la tempête Xynthia.
La Rochelle a fortement été touchée par la tempête Xynthia. — Paul Noyon

La tempête Xynthia qui a touché les communes de Faute-sur-Mer et de l'Aiguillon-sur-Mer en Vendée n'est pas le premier, en France, dû aux inondations.

Le risque inondation, premier risque naturel en France, concerne en effet une commune sur trois à des degrés divers, dont 300 grandes agglomérations, selon le ministère de l'Ecologie et du Développement durable. En France, 16.134 communes, soit 5,1 millions de Français, étaient ainsi concernés en 2008 par le risque inondation dans un pays où les zones inondables s’étendent sur plus de 27.000 km2.

 

Les zones inondables en France

 

 

Des dégâts de plus en plus importants

Les dommages provoqués par les inondations sont de plus en plus importants en France depuis une cinquantaine d’années, en raison du fort développement urbain dans les zones inondables. Il y a tout juste un an, une étude du Commissariat général au Développement durable soulignait ainsi qu'entre 1999 et 2006, près de 100.000 logements avaient été construits dans les zones inondables de 424 grandes communes, dont 8.000 dans les Alpes-Maritimes, le Var et le Val-de-Marne.

On se souvient pourtant de l'émotion suscitée le 22 septembre 1992 par les inondations ravageant la ville de Vaison-la-Romaine (Vaucluse), où 46 personnes avaient péri. Depuis ce drame, toutes les constructions au bord de l'Ouvèze ont été interdites et 70 habitations trop exposées rasées. Par la suite, trois inondations majeures ont eu lieu en France, faisant plus de 60 victimes et entraînant 3,2 millions d'euros de dommages. En 1999, les crues intervenues dans le sud-est (Aude, Tarn, Pyrénées-Orientales, Hérault) ont fait 34 morts.

Pas assez de mesures de prévention

En 2002, le Gard est le plus touché par de nouvelles inondations liées à de violents orages (24 morts). La rupture d'une digue est en cause et plusieurs maires se plaindront d'avoir été alertés trop tard des intempéries. En 2003, des pluies diluviennes s'abattent sur 19 départements du sud-est -où des digues ont craqué en trois endroits inondant la petite Camargue gardoise et le nord d'Arles- et du centre-est et font 7 morts.

Régulièrement, des campings de vacanciers sont aussi ravagés par des pluies torrentielles, heureusement sans aller jusqu'au drame du camping du Grand-Bornand (Haute-Savoie) où une coulée de boue avait fait 23 morts en 1987. La justice reprochera dix ans plus tard au préfet et au maire de ne pas avoir exigé sur ce site de mesures de prévention contre les inondations.

En août 2009, quelque 6.375 communes française étaient dotées d’un plan de prévention des risques naturels d’inondations (PPRN). Depuis 2002, 48 conventions entre l'Etat et des collectivités territoriales ont en outre été signées dans le cadre de programmes d’actions de prévention des risques liés aux inondations (Papi).

 

Les zones inondables du littoral français