Les éléments se sont déchaînés sur le littoral vendéen

— 

Les vents violents, conjugués à des coefficients de marée élevés, ont dévasté le littoral.
Les vents violents, conjugués à des coefficients de marée élevés, ont dévasté le littoral. — J.-S. EVRARD / 20 MINUTES

La côte Atlantique panse ses plaies après le passage dévastateur de Xynthia. Les vents violents, conjugués à des coefficients de marée exceptionnellement élevés, ont provoqué la mort d'au moins une trentaine de personnes dans la nuit de samedi à dimanche dans le seul département de la Vendée. Dans les seuls secteurs d'Aiguillon-Sur-Mer et La-Faute-Sur-Mer, 26 personnes ont été noyées. La plupart ont été victimes d'inondations, surprises en pleine nuit dans leurs habitations. « La montée des eaux, de 0,5 à 1,50 m, a été très rapide », précise Frédéric Rose, directeur de cabinet du préfet de Vendée. Et le bilan reste provisoire. Hier après-midi, gendarmes, policiers et secours s'activaient à faire du porte-à-porte, retrouvant parfois des noyés à l'intérieur des maisons. Plusieurs dizaines de personnes, réfugiées sur leur toit, ont dû être secourues par hélicoptère.

La journée a ainsi offert d'innombrables scènes de désolation à L'Aiguillon-sur-Mer, où la digue qui les protégeait a cédé en plusieurs endroits. « La commune a été transformée en étang », se désole une habitante jointe par téléphone malgré des communications difficiles. « Il y a même un bateau qui s'est retrouvé sur le bas-côté de la route, juste en face chez nous. » En Loire-Atlantique, la marée descendante a fait deux morts. « Pratiquement 500 m de route ont été emportés après la rupture de la digue de Bouin », témoigne Bertrand Alliot, adjoint au maire. « On interdit aux curieux l'accès aux zones sinistrées : il y a désormais un risque d'effondrement des chaussées restantes, qui sont bâties sur du sable. Par ailleurs, certaines maisons évacuées pourraient vite être cambriolées. » W

à Nantes, Guillaume Frouin