Stress au travail: Xavier Darcos dément avoir été «recadré» pour retirer la liste des entreprises mal notées

SOCIAL Plusieurs entreprises et des syndicats avaient critiqué le classement en matière de stress...

Avec agence

— 

Illustration: le stress en entreprise.
Illustration: le stress en entreprise. — S. POUZET / 20 MINUTES
Il voulait tout simplement laisser aux entreprises plus de temps. Le ministre du Travail Xavier Darcos a démenti mercredi avoir été «recadré», après le retrait controversé vendredi de son site internet des listes des entreprises mal notées en matière de prévention du stress.

 

«Je n'ai absolument pas été recadré, on ne me recadre pas», a affirmé Xavier Darcos, à la sortie d'une réunion du Conseil d'orientation sur les conditions de travail (COCT) qu'il a qualifiée d'«enthousiaste» et du premier bilan du plan d'urgence contre le stress au travail lancé début octobre.

 

«L'alerte a été chaude»

 

Le ministère a retiré la semaine dernière au bout de 24 heures les listes «rouge» et «orange» des sociétés mal notées, ne laissant que la liste» verte» des bons élèves, après que plusieurs entreprises et des syndicats ont critiqué le classement.

 

«Nous republierons une photographie dans quelques semaines, et ce que je crois, c'est que la liste rouge sera de plus en plus courte parce que l'alerte a été chaude» pour les entreprises, a-t-il indiqué.

 

1,2 million de pages consultées

 

Expliquant que certaine société n'avaient «pas eu ou pris le temps d'aborder ce sujet complexe», il a souhaité leur accorder «le temps de retravailler sur ce sujet et de prendre rapidement les mesures nécessaires». «Le positionnement en vert résulte d'informations factuelles données par les entreprises et ne constitue en aucune manière un label social», a souligné le ministre.

 

L'ensemble des partenaires sociaux qu'il avait réunis «a souligné l'utilité de ce dispositif comme stimulant et souhaite qu'il ne soit pas abandonné», selon lui. Les listes «orange» et «rouge», qui n'avaient été mise en ligne que durant 24 heures le 18 février, avaient connu un grand succès avec plus de 1,2 million de pages consultées.