Cimetière juif profané, indignation unanime

© 20 minutes

— 

« En ce 1er novembre, nous sommes tous des juifs alsaciens. » La formule est d’Adrien Zeller, président UMP de la région Alsace. Il a participé hier aux côtés de 400 personnes à la cérémonie « de recueillement et d’indignation » organisée au cimetière juif de Brumath (Bas-Rhin). Quatre-vingt-douze tombes y ont été profanées dans la nuit de vendredi à samedi. Accusé de « vendre l’Alsace aux Arabes » par un des tags d’inspiration nazie inscrits par les profanateurs, Adrien Zeller a assuré que sa région « ne faillira pas à sa tradition d’humanisme, de tolérance et de respect ». De nombreuses personnalités juives ont assisté à la cérémonie. « C’est la troisième fois cette année qu’un cimetière juif est profané en Alsace », a notamment déploré le vice-président du consistoire israélite du Bas-Rhin. Le président du conseil régional du culte musulman a, lui, « exprimé au nom de sa communauté sa solidarité » et a « fermement condamné ces actes ». L’enquête privilégie la piste néonazie. « Vu l’importance des dégâts, ce n’est pas l’oeuvre d’une seule personne », a estimé le maire de Brumath.

Limoges L'enquête sur la profanation d'une trentaine de tombes catholiques du cimetière de Limoges dans la nuit de samedi à dimanche s'oriente vers « un acte de vandalisme sans connotation raciale ou religieuse, peut-être en relation avec la fête des morts ou Halloween », a déclaré le parquet de la ville.