Quick halal: «La réaction du maire est exagérée» pour Fadela Amara

POLEMIQUE Cécile Duflot y voir des relents xénophobes...

Avec agence

— 

Pourtant, la secrétaire d'Etat chargé de la politique de la Ville Fadela Amara veut y croire. "Depuis le début je dis que je ne suis pas inquiète. Mon budget propre augmente de 9% en 2009 et le président Sarkozy a su mobiliser chaque ministère", fait-elle valoir à l'AFP.
Pourtant, la secrétaire d'Etat chargé de la politique de la Ville Fadela Amara veut y croire. "Depuis le début je dis que je ne suis pas inquiète. Mon budget propre augmente de 9% en 2009 et le président Sarkozy a su mobiliser chaque ministère", fait-elle valoir à l'AFP. — Mychele Daniau AFP

La polémique sur la vente de hamburgers exclusivement halal dans huit restaurants Quick de France instaure la «confusion» entre «communautarisme et diversité», a estimé dans un entretien dimanche au JDD la secrétaire d'Etat à la Ville, Fadela Amara. «Aux dernières nouvelles, Quick n'est pas un service public (...) Nous parlons bien ici d'une entreprise privée, qui veut occuper un marché pour faire du business», a-t-elle ajouté.

«Je trouve la réaction du maire de Roubaix exagérée et dangereuse. Il n'y a rien de discriminant dans cette histoire: les consommateurs ont le choix de leur menu et peuvent très bien prendre du poisson», a-t-elle jugé.

Duflot sur la même longueur d’onde

Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, voit des «relents islamophobes» dans la polémique. «Il y a des restaurants à Paris qui servent uniquement des repas casher (...) Personne n'est choqué qu'il y ait des Franprix casher, moi non plus, et on peut très bien choisir d'aller faire ses courses là ou d'aller faire ses courses ailleurs», a-t-elle déclaré dimanche sur Radio J.

«Franchement, c'est la liberté du commerce. Il est où le problème? Le problème, il est dans le discours tel qu'il s'est instillé depuis quelques mois, sinon quelques années, en France, qui est de systématiquement stigmatiser ce qui a partie liée soit avec la religion musulmane, soit avec une partie de l'histoire de l'immigration en France», a-t-elle ajouté.

>> En raison de débordements, nous sommes contraints de fermer cet article aux commentaires. Merci de votre compréhension.