Qui a dit: «Je suis une anomalie statistique»

QUI A DIT Elle est membre du gouvernement...

— 

La secrétaire d'Etat aux Sports Rama Yade, invitée dimanche sur France 2 pour évoquer son parcours de jeune femme politique issue de l'immigration, s'est définie elle-même comme une «anomalie statistique» dans un univers «gérontocratique».

«Je suis comme une anomalie statistique dans la classe politique (...) en tant que femme issue de l'immigration (d'origine sénégalaise, ndlr) et jeune, je ne corresponds pas aux canons de la vie politique traditionnelle», a déclaré celle qui, à 33 ans, est à la fois la benjamine du gouvernement et une des personnalités les plus populaires du pays.

«On a pointé toutes mes différences»

«Avant je me considérais comme tout à fait normale, mais quand je suis rentrée en politique, on a pointé tout de suite mes différences», a-t-elle ajouté, jugeant «un peu gênant» d'être ainsi considérée. «En même temps, a-t-elle poursuivi, pour les Français normaux, ceux qui ne sont pas des professionnels de la politique, je suis une Française comme les autres et ça me rassure, ça me rend optimiste pour mon pays».

«La jeunesse de France a le droit d'être représentée en politique, d'avoir un espace d'expression, on ne peut pas avoir une classe politique uniquement gérontocratique», a-t-elle affirmé, avant de se reprendre: «Vous voyez ce que je veux dire, on ne peut pas avoir toujours les mêmes depuis 30, 40 ans» en politique.

«L’élite politique» pas prête pour un président noir

Interrogée sur la possibilité de voir un Noir ou une Noire devenir président en France, comme Barack Obama aux Etats-Unis, elle a estimé que la population était prête, mais pas «l'élite politique». Avant d'être élu à l'Elysée il faut avoir réussi à «maîtriser le système politique» en exerçant d'autres mandats, d'élu local, de parlementaire, a dit la conseillère municipale d'opposition à Colombes (Hauts-de-Seine).

Elle-même pense-t-elle à l'Elysée? «Absolument pas», a-t-elle répondu. «Je vis au jour le jour, je me contente très bien de mon travail actuel». Sur le scrutin régional de mars, pour lequel elle figure en deuxième position sur la liste de la majorité présidentielle dans les Hauts-de-Seine, Rama Yade considère que «chaque région gagnée sera une victoire». «Je pense qu'une élection, c'est comme un match de foot, elle n'est pas gagnée tant qu'il n'y a pas eu le coup de sifflet final», a-t-elle conclu.