La moitié des Kurdes débarqués en Corse ont déposé des demandes d'asile en France

MIGRATIONS Alors qu'Eric Besson veut durcir les conditions d'accueil des étrangers en situation irrégulière...

M.N. avec agence

— 

123 Kurdes avaient débarqué en Corse le 22 janvier 2010
123 Kurdes avaient débarqué en Corse le 22 janvier 2010 — E. CABANIS / AFP
Leur accueil mouvementé ne leur aurait pas donné envie de rester. Selon un décompte du ministère de l’Immigration, sur les 123 Kurdes débarqués en France (42 enfants et 81 adultes), 48 ont déposé une demande d'asile et obtenu une autorisation provisoire de séjour. Quelque 32 adultes auraient repris leur parcours migratoire.

Deux jours après leur arrivée fin janvier, Eric Besson avait affirmé que «61 des 81 adultes ont d'ores et déjà choisi de demander l'asile».

«Nous n’avons pas de contact avec ceux qui sont partis, explique une porte-parole de la Cimade à 20minutes.fr. Ils sont sûrement allés vers l’Europe du nord où les demandes d’asile sont plus faciles qu’en France. En Suède par exemple, on peut travailler quand on est demandeur d’asile. Ils ont aussi peut être essayé de rejoindre leurs familles, ou des communautés kurdes, dans le reste de l’Europe.»

Partis en Allemagne et au Danemark

Le 3 février dernier, quatre des Kurdes qui n’avaient pas demandé l’asile en France ont été interpellés pour séjour irrégulier alors qu'ils venaient d'entrer en Allemagne. Quatre autres ont pu gagner le Danemark en voiture, avant d'y être arrêtés le 4 par la police locale selonle Figaro. «Ceux qui sont encore présents en France ont vocation à être reconduit dans leur pays d'origine», a précisé Eric Besson.

Très critiqué pour l’accueil réservé à ces clandestins d’origine kurde, le ministre de l'Immigration estime que la législation française n'est pas adaptée à l'arrivée massive de clandestins sur nos côtes et a annoncé ce vendredi la création «de zones d'attentes spéciales», dans un entretien au Figaro.

«Ce projet de loi créé pour les étrangers un régime d'exception en matière de droits»

Selon le ministre, cette zone s'étendra sur «l'ensemble du périmètre de découverte des étrangers en situation irrégulière et permettra de les maintenir sous contrôle de l'administration pendant un délai suffisant pour acheminer l'ensemble des moyens nécessaires et examiner, sous un forme adaptée, leur éventuelle demande d'asile», ce qui devrait limiter considérablement les droits des immigrés selon les associations et les empêcher de quitter le territoire pour continuer leur parcours migratoire.

«Ce projet de loi crée pour les étrangers un régime d'exception en matière de droits», s'alarme Stéphane Maugendre, président du Groupe d'information de soutien aux immigrés (Gisti), interrogé par le Monde.

Eric Besson avait pris des arrêtés de reconduite à la frontière visant les Kurdes arrivés en Corse mais, après avoir ferraillé avec les associations de défense des immigrés sur la légalité de l'enfermement de ces Kurdes dans des centres de rétention administrative (CRA), il avait annoncé l'annulation des reconduites pour les personnes qui déposeraient une demande d'asile.

>> En raison des débordements racistes observés, nous nous voyons contraints de fermer cet article aux commentaires.