Identité nationale: Une commission, un séminaire et quelques symboles

POLITIQUE Le tour des mesures annoncées par François Fillon à l'issue du séminaire gouvernemental...

J. M.

— 

François Fillon a réuni ses ministres pour un séminaire gouvernemental sur l'identité nationale, le 8 février 2010, à Matignon.
François Fillon a réuni ses ministres pour un séminaire gouvernemental sur l'identité nationale, le 8 février 2010, à Matignon. — JOEL SAGET/AFP PHOTO

Une «première série de mesures». Alors que le grand colloque annoncé s'est mué en un séminaire gouvernemental, François Fillon s'est appliqué à promettre du concret, ce lundi, après plusieurs semaines d'un débat controversé sur l'identité nationale.
 
>> Retrouvez tous nos articles sur l'identité nationale en cliquant ici

En attendant l'intervention de Nicolas Sarkozy, qui s'exprimera «en avril» sur ce «succès populaire», selon le Premier ministre, place aux actes. Le tour des mesures, somme toute symboliques, annoncées.
 
Une commission pour «approfondir le débat»
François Fillon a annoncé la mise en place, auprès d'Eric Besson, d'une «commission de personnalités» (parlementaires, intellectuels, historiens) chargée de «suivre la mise en oeuvre des mesures décidées aujourd'hui et d'en proposer de nouvelles».
 
Des symboles à l'école
Le drapeau tricolore devra être apposé sur chaque école et la déclaration des Droits de l'homme et du citoyen de 1789 devra être présente dans chaque classe. Un «carnet de jeune citoyen» doit être créé, et l'enseignement de l'éducation civique à l'école sera renforcé.
 
Un «vrai rendez-vous citoyen» pour les jeunes
La «journée d'appel», qui remplace le service militaire va être modifiée en ce sens, sans que le Premier ministre ne détaille comment.
 
Un renforcement du «contrat d'accueil et d'intégration» pour les étrangers
François Fillon a évoqué la tenue systématiques de cérémonies d'accueil lors de la naturalisation des étrangers, souhaitées plus solennelle.
 
Un autre séminaire gouvernemental
Un autre réunion se tiendra à une date non précisée pour «évaluer» ces premières mesures. Car François Fillon a prévenu: «C'est un processus de réflexion et d'action que nous enclenchons et qui va se poursuivre dans le temps».